Claudine, sa viande rouge, ses petits oiseaux et sa lessive qui lave… à Little Rock, Arkansas (US)

11 10 2010

 

Faisons les présentations….

Alors il y a Laurent – 40 ans, qui travaille pour une entreprise aéronautique et a été le détonateur de notre expatriation. Claudine – très, très bientôt 40 (mais pas encore Ü), qui a lâché son boulot dans l’entreprise familiale et la comptabilité pour vivre cette aventure, ne travaille plus ici et à sa grande surprise le vit très bien. Arnaud – 12 ans, parfait dans son rôle de pré-adolescent un brin Caliméro à ses heures perdues. Et enfin Chloé – 9 ans, notre madame relation publique hors catégorie, toujours un sourire aux lèvres, très zen attitude et une philosophie de vie à toutes épreuves : à la Droopy, « don’t worry, be happy ».

En court de route nous avons été rejoints par Bonnie et Clyde, chats de leur état, et Tootsie, boule de poil à quatre pattes. On doit être complet là ?!

Nous habitons Little Rock, en Arkansas (c’est l’Etat presque carré au dessus du Texas !) depuis juillet 2007.



Depuis combien de temps habitez-vous dans ce pays ? Pour combien de temps ? Est-ce la premiere fois que vous vivez a l’etranger ?

Cela fait maintenant 3 ans que nous sommes en expatriation aux Etats-Unis. Nous ne les avons pas vues passer et nous n’avons pas non plus le sentiment d’avoir fait le tour de la question… Signe pour nous que tout va bien !

De sur, nous sommes en Arkansas jusqu’à l’été prochain. Ensuite, peut-être une année de plus… Ou pas. Les turbulences économiques ont eu un impact assez direct sur le secteur professionnel de Mr Mari et désormais c’est du pilotage à vue et à court terme. Faut faire avec.

C’est la première expatriation que nous vivons. Disons que les trois ans qui l’ont précédée ont vu un papa en pointillé à la maison, en déplacements fréquents aux US, ce qui à un moment donné nous a fait nous poser des questions : il rentre tous les soirs à la maison et change de secteur d’activité ou on bouge tous ensemble en famille.

Je pense que tout s’est bien passé car ça vraiment été une décision murie et réfléchie.

Comment se passe la scolarisation ? Y-a-t-il des ecoles francaises ? Y avez-vous mis vos enfants ou au contraire avez-vous opte pour le systeme anglais (ou autre) ? Avez-vous acces a d’autres pedadogies ?

Pas d’écoles françaises ici. Si vous voulez, l’Arkansas c’est plus proche de la Creuse française que de la Côte d’Azur ou de la région parisienne… Le système anglais est le seul proposé. En revanche, nous avons opté pour une école privée. Il faut dire que le système public est classé 47/50 Etats… Et puis en privé, nous avons pu organiser un tutoring personnalisé au sein même de l’école. En 4 mois les enfants ont appris à parler anglais, n’ont pas redoublé et poursuivent leur scolarité sans problème.

J’adore notre école ! Pas d’uniforme demandé, mais de la diversité culturelle acceptée et même revendiquée. Nous avons eu beaucoup de chance.

Cela dit, oui, Montessori est aussi présente. Certaines familles françaises y sont d’ailleurs et sont enchantées elles aussi.

Côté scolarité, je dirai qu’il faut trouver l’école qui nous convient. C’est un choix personnel. Ne pas hésiter à les visiter avant, à rencontrer la direction, on en ressort avec une impression, on sent la philosophie de l’école, et ensuite on peut faire son choix.

Vos enfants sont-ils bilingues ?

J’ai un problème avec le terme « bilingue »…

Vu de France, oui, on peut dire qu’ils le sont. Ils parlent parfaitement anglais, aussi bien avec des enfants qu’avec des adultes. Pour la petite anecdote, ils leur arrivent de nous aider dans les traductions ou les prononciations… Un sentiment bizarre la première fois. De grande fierté aussi !

Mais pour moi « être bilingue » c’est aussi savoir faire de l’humour dans cette langue, connaître ses codes, utiliser des expressions imagées (comme notre « il pleut des cordes » qui devient « it’s raining cats and dogs » ici), le genre de choses que l’on n’apprend pas dans des livres ou des cours mais « en vivant le pays ». Et pour ça il faut du temps !

Qu-est-ce qui vous fait vous sentir bien dans le pays ?

Sans hésiter la gentillesse et la politesse des gens. Bon, je reste consciente que nous sommes dans un Etat du sud, il y a une certaine nonchalance naturelle ici qui doit les accentuer. Mais partout on dit encore : bonjour, merci, au revoir, comment allez-vous. Ca n’a l’air de rien, et pourtant.

Il y a aussi moins de stress. On ne s’énerve pas au volant, on ne klaxonne pas, on ne double pas dans les queues non plus, on aide ceux qui ont des difficultés (à traverser, à porter un paquet, etc…).

La vie est difficile ici comme ailleurs, mais ce liant social la rend moins rude, plus conviviale.

Qu’est-ce que vous y trouvez que vous ne trouviez pas en France ?

Cela a été un grand choc pour moi de constater qu’il y a plus de solidarité ici, dans ce pays que l’on décrit comme individualiste et au capitalisme acharné, que chez nous, avec notre déclaration des Droits de l’Homme en bandoulière…

Oui, il y a des différences sociales énormes, oui il y a des très riches et des très pauvres. Pour autant, quand on a les moyens c’est un devoir de contribuer et d’aider les autres. Les familles américaines que nous connaissons ne sont pas dans le besoin et je n’en connais pas une seule qui ne soit pas engagée auprès d’une cause.

Et nous ???

Cote alimentation, qu’est-ce que vous adorez ? A l’inverse, y-a-t-il qq chose qui vous manque et que vous ne trouvez pas ?

Ici, c’est le paradis pour les « meat lovers » , les amoureux de la viande rouge. Si on tombe par terre pour une côte de bœuf, un steak ou un burger, vous atteindrez le Nirvana dans ce pays ! Le meilleur à ce jour fut au Texas.

Ce qui me manque par contre… Mes fromages !!!! Je suis désolée, des fromages à pates cuites ne sont pas des fromages chez moi. Et il est où le bon chocolat ???

De temps en temps un bon sandwich jambon beurre, ce serait pas mal non plus…

Heureusement il y a la famille et/ou les amis qui vous envoient des « colis survie », et certains sites internet où l’on peut commander !!!

Y a-t-il des plats typiques « etranges » ?

On vient de goûter de l’alligator lors d’un week-end en Louisiane… Et c’est délicieux !

J’adore la cuisine, la table et tout ce qui tourne autour en général, je suis donc très ouverte de ce côté-là pour tout essayer.

La cuisine américaine n’est généralement pas aussi fine que chez nous. J’entends par là qu’ils laissent moins de place aux saveurs et focalisent souvent sur les quantités. Il y a souvent trop de quelque chose (mayo, vinaigrette, crème chantilly hyper sucrée, etc…) et c’est dommage parce que sinon ce n’est pas mauvais. Habitude à prendre : on demande notre assaisonnement sur le côté, quand c’est possible.

La vie est-elle chere ?

Elle peut, dans les grandes villes. Mais souvenez vous, nous c’est la Creuse ! Donc ici, non la vie n’est pas chère. En revanche notre budget nourriture est énorme. Nous dépensons 3 fois plus qu’une famille américaine « standard » pour nous nourrir. Ben oui… On ne mange pas tous les jours la même chose et dans notre cuisine il y a beaucoup de fruits et de légumes, qu’ils vendent parfois… Mais ne connaissent pas ! Toujours des sujets de conversation à la caisse.

Cote conduite ?

J’ai changé la mienne ici. En France j’étais assez nerveuse. Ici, je suis beaucoup plus zen et prudente. Ils ont des voitures énormes et je ne trouve pas qu’ils conduisent très bien, spécialement quand la météo est mauvaise. Aussi je conduis pour moi… Et les autres !

Qu’est-ce qui vous agace le + dans les mentalites, les habitudes culturelles du pays ?

La présence de la religion un peu partout. Le côté grenouilles de bénitier nous irrite.

Le fait de pouvoir posséder aussi facilement des armes à feu. Là aussi on a du mal.

En revanche, nous nous sommes bien faits à l’usage des superlatifs ! Ce n’est pas bon, c’est super bon, ce n’est pas beau, c’est hyper beau, etc… Certains trouvent que c’est hypocrite, surfait, etc… Je pense que c’est juste un code de langage différent. On dira que rien n’est tiède ici !

L’integration est-elle facile ? Y-a-t-il un communautarisme fort ou au contraire est-il facile de s’integrer et de rencontrer toutes sortes de nationalites ?

Venant de France, l’intégration a été très facile. Il a surement été facilité par le fait que nous ayons des enfants : l’école a été un moyen formidable !

Et puis tout dépend dans quel état d’esprit on arrive. Si on passe son temps à faire l’inventaire de ce qu’on n’a plus… C’est sur, c’est plus compliqué. Maintenant, si on se dit « les choses seront différentes mais c’est un peu normal vu que nous sommes dans un pays différent », tout va bien aller.

Connaissez-vous la langue du pays ? Avez-vous pris des cours ?

Comme tout français, nous avons appris l’anglais à l’école… De là dire que l’on parle la langue… Laurent avait bien replongé grâce (à cause !) de ses déplacements et au fait qu’il travaille avec des américains. Personnellement, j’adore parler, enfin communiquer avec les autres, inimaginable pour moi de rester dans un coin sans échanger un mot. En revanche je suis retournée à la fac ici pour une année. Ce fut une excellente transition entre vie de boulot avant et femme au foyer après, et puis je voulais reprendre un bon niveau d’anglais pour pouvoir aider les enfants.

Decrivez votre rue/cadre de vie

Tout est « double size » à commencer par notre maison. En France elle faisait 130m2… Ici elle fait 280m2. Elles sont grandes mais je trouve qu’il y a beaucoup de place perdue pour rien. J’aime bien le côté ingénieux des français : caser l’incasable dans un trou de souris, ça c’est du challenge !

Notre quartier ressemble comme deux gouttes d’eau à celui de Desperates Housewifes. Les maisons ont un peu toutes dans le même style, cela donne un côté très propret.

Les américains mettent un point d’honneur à avoir un jardin impeccable. C’est aussi agréable pour ceux qui vivent autour. Nous aimons beaucoup de fait qu’il n’y a pas de clôture, sauf pour l’arrière de la maison. Ils sont extrêmement respectueux de la propriété d’autrui et on peut mettre des décorations, elles ne disparaitront pas ! Inimaginable dans notre région.

Il y a aussi beaucoup d’espaces verts. Nous habitions à la campagne, mais ici nous voulions être dans un lotissement pour que les enfants puissent avoir des copains pour jouer. Nous avons pu concilier les deux. Il y a des sentiers de randonnées, des parties boisées qui sont intouchables, des zones vertes où l’on ne peut construire. Et en même temps nous sommes à 5 min de deux grandes surfaces. Le bonheur pour une maman !

Est-il facile de partir en we ? Y’a-t-il beaucoup de choses a visiter aux alentours ?

Très facile. Notre Etat comporte beaucoup de lacs, de rivières et de forêts. Faire du camping est très facile. On peut s’échapper sans problème pour faire un break.

Maintenant, on ne dira pas non plus qu’il y a « beaucoup de choses à visiter ». A faire oui, à visiter moins. L’Arkansas n’est pas l’Etat le plus touristique des US, mais rien ne nous empêche de visiter d’autres choses, ailleurs… Ce que nous faisons !

Le Montana…. Et le Maine, nos deux Etats préférés pour le moment.

A quelle frequence « rentrez »-vous en France ?

Les enfants et moi, une fois par an, mais ce fut parfois deux ! J’ai la chance d’avoir encore mes grands-parents (90 ans au compteur) que j’aime beaucoup et pour eux aucune chance de pouvoir venir nous voir ici… Alors nous faisons le voyage… Mais c’est crevant : 3 vols, 24h debout en tout, et le décalage horaire à gérer dans les deux sens (7h).

Avez-vous prevu de revenir vivre en France un jour ? Qu-est-ce qui ne vous donne PAS envie de revenir habiter en France ?

Oui, de par la nature du contrat qui nous a permis de venir ici. C’est une expatriation, on garde tous en tête que c’est une aventure merveilleuse, très enrichissante pour chacun d’entre nous, mais elle reste temporaire. Je l’appelle « notre parenthèse ».

Par contre je reste convaincue que nous ne serons plus les mêmes. Il y aura un avant et un après.

Face a quelle mentalite/habitude/defaut francais etes-vous + clement, avec le recul d’habiter a l’etranger ?

Aucun. Je pense même que je suis plus critique que jamais. Vivre à l’étranger m’a fait prendre conscience de la chance que nous avons d’être dans un pays démocratique, avec pleins d’avantages et d’aides que beaucoup ailleurs n’ont pas. Et l’on continue à demander plus, à râler, à se plaindre, sans cesse. Tout cela est indécent. Quels enfants gâtés faisons nous ?

Quel est le climat ?

Continental. TRES chaud l’été (+ de 40°) et trop froid l’hiver pour avoir de la neige… Mais parfait pour de la glace ! En revanche le printemps et l’automne sont fabuleux. Nous avons aussi redécouvert les 4 saisons ici.

Avez-vous des «habitudes » ? (Pris des habitudes locales ? Ou au contraire garde des habitudes francaises ?)

Notre plus grande adaptation de ce côté-là concerne les rythmes de vie. L’école commence plus tôt qu’en France, du coup nous nous levons une heure avant. Et tout le reste suit : ils déjeunent plus tôt aussi… Et j’avoue que maintenant passé 11h30 je meurs de faim ! Bon ils soupent à partir de 17h30, là c’est trop tôt, mais en hiver j’avoue qu’ils nous arrivent régulièrement de manger à 18h30. J’ai remarqué que ce rythme est bénéfique pour notre corps : on digère mieux (normal on ne se couche pas de suite après mangé) et on dort mieux.

Par contre une habitude française conservée : on mange à table, tous ensemble, et on reste assis jusqu’à la fin du repas. Règle imposée aussi aux copains américains des enfants quand ils viennent à la maison.

Y-a-t-il de la censure ?

Non

***

Vous pouvez terminer sur une anecdote « depaysante » :

Je n’aurai jamais cru en venant ici…. Mais je fais des choses que je ne faisais pas en France. Comme ?

Après mettre beaucoup énervée contre les poudres à laver… qui mouillent mais ne lavent pas, m’irritent la peau (surement à cause des produits qui les composent), j’en suis venue à faire ma propre lessive liquide. Et oui, la Mère Denis a fait son grand retour dans ma maison. Depuis mon linge est détaché, sent une odeur fraiche (huile essentielle de lavande) mais pas trop, et plus d’irritations !

Dans la série, je fais aussi mon pain… Oui, boulangère à mes heures aussi.

Mais j’ai refusé de faire les yaourts ! Là ce fut STOP. Le retour à la femme au foyer des années 50 avait des limites.

Heureusement qu’ils ont été les premiers à marcher sur la lune… Des fois on se demande.

***

« De ma fenetre, je vois…. » :

De ma fenêtre je vois… Les mangeoires à oiseaux que nous avons installées. Un supplice pour les chats, mais un vrai bonheur pour nous. L’Arkansas est un des Etats qui comptent le plus d’espèces d’oiseaux différentes. Ils sont parfois colorés et chantent à tue-tête du lever au coucher du soleil. Pour ceux qui aiment la campagne, c’est le bonheur !

Mon appareil photo est en réparation… Et celui d’Arnaud n’a plus de pile ! J’ai trouvé les photos des oiseaux sur internet, mais promis se sont les mêmes dans mon jardin.

***

Merci Claudine !

Et on veut bien la recette de la lessive qui lave vraiment les tâches !

Et une petite photo de Robert Redford qui murmure… dans le Montana 🙂

si vous voulez suivre les aventures de Claudine et sa famille au coeur de la Creuse version américaine, c’est par ici :

La semaine, prochaine, on rejoint …Laure dans son sauna à Helsinski (enfin… à côté de son sauna :))

Publicités

Actions

Information

9 responses

11 10 2010
Claudine

Pour voir le Montana il faut aller sur le blog et chercher dans les archives les billets à partir du 14-08-2009 (désolée mais je n’ai trouvé comment mettre des albums photos en ligne que récemment. Depuis je récupère mon retard mais progressivement). Le point d’orgue aura été Glacier National Park.
Vous pourrez aussi découvrir le Wyoming et le Yellowstone à partir des posts du 22-07-2009 (si ça vous dit).
Les deux états ont des beautés naturelles fantastiques… Mais nous avons préféré le Montana pour son côté plus sauvage et plus authentique.

Par contre j’ai eu beau chercher… Pas de Robert Redford à l’horizon !!!

11 10 2010
Claudine

Vous voulez vraiment la recette de la lessive ???

11 10 2010
mariemic

ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii (meme si tu me l’as deja donnee, mais je suis SURE que ca va interesser d’autres personnes)

je precise a l’avance : le BORAX (nom américain), c’est du Borate de Sodium, et a priori, ca peut se trouver en pharmacie en France. A PRIORI. A verifier quoi. Si quelqu’un veut bien aller demander a son pharmacien… 🙂

________________________________

19 10 2010
Claudine

Pour les amatrices (ou les desespérées… comme moi), voilà la recette :

– 4 cup d’eau chaude
– 1 savon « fels-Naptha » (c’est son nom, à l’odeur on dirait du savon de Marseille)
– 1 cup de Washing Soda
– 1/2 cup de Borax

Grattez le savon (ça marche aussi très bien avec le robot et la grille pour raper les carottes…) dans une marmitte. Rajoutez l’eau chaude. Mettre à chauffer et tourner constamment pour dissoudre le savon. Remplir un seau de 5 galons d’eau chaude. Ajouter le savon dissout, le Wasing Soda et le Borax. On touille, on touille (pour bien mélanger le tout) !
Mettre un linge dessus et laisser reposer toute la nuit. La préparation va s’épaissir et devenir comme un gel.
Le lendemain, ajouter 10 à 15 gouttes d’huile essentielle (lavande, romarin, etc…) pour chaque galon. J’utilise un fouet pour casser l’effet pate et remélanger le tout.
Remplir ensuite des bidons avec la préparation, jusqu’à moitié, et compléter avec de l’eau chaude. Secouer le bidon un coup avant chaque usage.
Vous voilà à la tête de 10 galons de lessive liquide !

Et on rend à César…
Recette tirée du site « The Duggar Family ».

11 10 2010
Tiphaine

c’est un chouette interview !!

11 10 2010
christellemars

Hello ! Je suis arrivée ici par le blog de Claudine. Je n’ai pas encore lu les autres articles mais j’aime beaucoup découvrir la vie des français dans d’autres pays: je pense que je vais passer ma soirée sur votre blog !!!

20 11 2010
kiki

merci pour cette pause au coeur de la creuse américaine! 😉

5 05 2011
Dicey

Merci pour ce recit detaille! Moi j’habite pas tres loin, au Texas, depuis quelques mois. Memes constats que vous, sur tous les points!
Je suis sure que vous rentrerez tous tres changes de cette aventure. Et c’est tout aussi bien, ca ouvre l’esprit a une autre facon de voir les choses!
Bonne continuation en tout cas!

6 01 2015
xavier

Merci beaucoup pour ce joli recueil. Je m’y revois ( je ne suis resté que quelques mois à LR) et je compte bien y retourner avec ma famille. Peux etre bientot… je suis sur istres aussi. ! -) xavier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :