Céline, les grosses voitures, les saucisses et les pantoufles au bureau…. à Stuttgart (Baden Württemberg, Allemagne)

13 06 2011

Céline, 29 ans, je vis depuis avril 2010 à Stuttgart en Allemagne avec mon compagnon, nous n’avons pas d’enfant. Stuttgart pour ceux qui ne situe pas c’est la ville située entre Strasbourg et Munich, le chef-lieu du Land le plus riche d’Allemagne j’ai nommé le Baden Württemberg et le siège de Daimler/Mercedes, Porsche et Bosch. Une très grosse ville industrielle donc.

Je suis originaire du Sud-Ouest. Donc si pour beaucoup de français l’Allemagne est la porte à côté, pour moi c’est partir à 1200km. Autant dire que je vis souvent le choc culturel nord vs sud (méditerranéen) et que même si ce n’est pas la Chine l’Allemagne peut se révéler très surprenante.

Fernseheturm, le symbole de la ville

Rathaus, la mairie très moderne

1-Depuis combien de temps habitez-vous dans ce pays ? Pour combien de temps ? Est-ce la première fois que vous vivez à l’étranger ?

Nous sommes en Allemagne depuis 1 an déjà, envoyés par l’entreprise de mon compagnon et pour une durée inconnue. Ce n’est pas la première fois puisque j’ai déjà vécu 5 mois à Dresde (en Allemagne de l’Est) en tant qu’étudiante Erasmus puis 18 mois dans le Grand Londres pour des raisons professionnelles.

Pour mes deux premières expatriations, je suis partie à « l’aventure ». C’est à dire que je suis partie toute seule, sans connaître personne sur place ni sans savoir où j’allais ! Je n’étais pas non plus accompagnée par une entreprise, je suis partie dans le cadre de mes études puis en contrat local.

Cette expatriation est pour moi complètement différente, parce que nous sommes deux et que nous avons été très bien entouré par l’entreprise de mon compagnon. En fait je trouve que même si les gens dans les cadres précédents ont toujours été très chaleureux, le fait d’être à deux (que ce soit en couple ou avec des amis) facilite grandement les choses !

Parc à Stuttgart

2-Comment se passe la scolarisation ? Y-a-t-il des écoles françaises ? Y avez-vous mis vos enfants ou au contraire avez-vous opte pour le système anglais (ou autre) ? Avez-vous accès à d’autres pédagogies ?

Nous n’avons pas d’enfant. Je sais qu’il y a une école maternelle et une école primaire françaises à Stuttgart ainsi qu’un collège ou lycée international mais je ne saurais en dire plus. Il y a beaucoup d’américains dans la région parce qu’il y a une grosse base américaine. Donc je pense qu’il y a aussi certainement des écoles américaines ou au moins anglophones. Cela étant l’école allemande doit aussi être très bien !

3-Qu’est-ce qui vous agace le + dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Les allemands sont très fiers d’eux-mêmes et notamment les Souabes (Swäbische), la région dans laquelle on est. C’est parfois usant de les voir s’auto congratuler de leur succès intra régional. Quand on sait que le grand énergéticien de la région EnBW, qui appartenait en partie à EDF, a été racheté par le Land parce qu’ils ne voulaient pas que leur champion électrique appartienne à des étrangers, on peut se poser des questions quand même (oui les français sont considérés comme des étrangers).

En fait, le Baden-Württemberg est composé de la région Swäbisch et Badisch. Ils sont séparés par la forêt noire. Ils ont chacun leur dialecte et c’est comme une insulte de les confondre (un peu comme la Bretagne et la Normandie mais en beaucoup plus prononcé). La région est très connue pour son vin, du coup dans le supermarché de Stuttgart on trouve les vins Swäbisch dans les vins régionaux et les vins Badisch dans les vins étrangers.

Musée Mercedes-Benz

Porsche

Ce qui me dérange le plus ici, c’est la place des femmes. En fait la plupart des femmes sont à la maison, comprendre mère au foyer. Les crèches ne prennent que très rarement les enfants avant 1 an et souvent uniquement jusqu’à 14h. Il en va de même pour l’école puisque celle-ci finit à 12-13h. L’image de la mère qui travaille étant forcément une mauvaise mère est très ancrée dans les mentalités, ainsi que l’image qu’une famille nombreuse est une famille à problème.

En tant que femme ingénieure j’ai trouvé ça assez compliqué de trouver du travail. Dans les services techniques, on voit rarement des femmes (en fait en général ce sont uniquement les secrétaires). D’ailleurs la plupart des femmes ingénieurs sont des étrangères (française, polonaise, russe). Je sais que le constat n’est pas parfait en France non plus. Mais j’ai toujours vu au moins 10% de femmes dans tous les services. Ici il y a des services entiers (des services de 200 personnes ou plus, hein) avec 0 femme. C’est vraiment très étrange. Et du coup les hommes n’ont pas du tout l’habitude de travailler avec des femmes.

Petite anecdote à ce sujet : dans l’entreprise de mon compagnon, il y avait un service qui s’occupait de relation internationale technique, il y avait quelques femmes du coup (oui des étrangères !). Un jour un de ses collègues s’est étonné en disant que dans ce service il y avait beaucoup de secrétaires… Ne paniquons pas nous sommes bien en 2011, mais en Allemagne ! En 2010 en Allemagne, on en est encore à expliquer ce qu’est une crèche (un endroit où on peut laisser ses enfants pour aller travailler donc) et qu’il y a des femmes qui arrivent à avoir des enfants ET un travail. Quand je suis sortie de l’école, ce n’est pas le genre de questions que je me posais et que j’aurais imaginé me poser. Ici c’est un sujet assez commun.

Heureusement grâce au manque de main d’œuvre, les allemands sont en train de se dire qu’il va falloir que les femmes aillent travailler. Dans le Baden-Württemberg, il y a 2% de chômage. Les entreprises ont beaucoup de difficultés pour trouver des employés.

Par contre aussi étonnant que cela puisse paraître, ce sont des mentalités que je n’avais pas du tout rencontré en Allemagne de l’Est. Là bas c’est plutôt le contraire : les familles ont 2/3 enfants et les femmes travaillent. En fait il y a un grand fossé entre les deux Allemagnes.

4-Qu’est-ce qui vous fait vous sentir bien dans le pays ?

Après la vie parisienne on peut dire que la vie professionnelle ici est vraiment très agréable. On fait nos heures et c’est tout. Personne ne nous regarde étrangement et tout le monde comprend que oui, il y a 5 semaines dans l’année où on sera en vacances, qu’il est possible que l’on soit malade et que le soir, on a une vie familiale. Un peu comme en Angleterre mais beaucoup plus poussé.

En Allemagne quand on est malade, on reste chez soi et on est payés dès le premier jour. Pas besoin de justificatif de son médecin avant 3 jours. Du coup, en hiver, personne ne tousse ou se mouche.

Parc à Stuttgart

5-Qu’est-ce que vous y trouvez que vous ne trouviez pas en France ?

Avant de venir vivre ici j’avais entendu beaucoup de gens dire que les allemands sont des gens très francs et directs. Honnêtement autant en Allemagne de l’Est (Dresde) qu’en Allemagne de l’Ouest (Stuttgart), je trouve que c’est plutôt le contraire (bien sûr il y a toujours des exceptions). Au travail beaucoup de gens se vouvoient et s’appellent Monsieur ou Madame X. Cela peut paraître vieillot au premier abord, mais je trouve que c’est une grande marque de respect. Ici les gens sont très respectueux et font attention à ne pas nous vexer.

A Stuttgart, il n’y a très peu de criminalité. Par exemple, une fois on avait oublié de fermer la fenêtre de la voiture. Elle est restée garée dans la rue en plein centre ville pendant tout le week end, et il ne lui est rien arrivé. Je trouve que dans le quotidien c’est vraiment très agréable et reposant. On ne passe pas trop son temps à se prendre la tête à savoir si on a la bonne plaque d’immatriculation ou si on peut laisser trainer un truc dans la voiture (même si je ne le fais jamais). De même, on nous a cassé deux fois le pare-choc dans la rue et les deux fois la personne avait laissé un mot pour qu’on les recontacte. Assez étonnant 

L’écriture gothique

6-Cote alimentation, qu’est-ce que vous adorez ? A l’inverse, y-a-t-il quelque chose qui vous manque et que vous ne trouvez pas ?

Adorer, heu. On ne va pas exagérer non plus. Même s’il y a beaucoup de spécialités culinaires dans la région (Swäbisch) et que celles-ci sont plutôt bonnes, je vais pas non plus dire que je les trouve succulentes ! Dans la région il y a les Maultaschen (des espèces de raviolis en beaucoup plus gros et avec un mélange de légumes à l’intérieur) et puis les Spätzle (des « pâtes »). Ce sont les deux spécialités les plus connues de la région. Les Swäbische mangent tout avec beaucoup de sauce aussi et souvent panés (oui les côte de porc se panent aussi dans la friteuse, où ça un problème ?).

Côté alimentaire ce qui me manque c’est la viande de qualité et le choix de viande. On ne trouve pas partout du poisson frais, du canard, du veau de l’agneau ou un poulet entier. Quant à la viande que l’on trouve partout : du porc, de la dinde, du bœuf et du poulet, il n’y a pas de choix de morceau : les schnitzel pour le porc, le blanc pour le poulet et la dinde et puis la viande hachée (souvent mélangé avec du porc) pour le bœuf. Pour nous c’est mission impossible pour trouver un poulet entier ou un steak de bœuf ou les autres viandes.

D’ailleurs quand il arrive qu’on en trouve, c’est souvent plutôt mauvais.

Biergarten à Stuttgart

7-Y a-t-il des plats typiques « étranges » ?

Saucisses, charcuterie. Dis comme ça on ne dirait pas que c’est étrange, mais venez voir un étal chez le charcutier ou au supermarché et vous comprendrez. Entre le pâté dans espèce de tube en plastique où il faut pousser et la viande crue en salade, ce n’est pas très ragoûtant.

Les fameux burger à la viande de porc uniquement, c’est assez mauvais aussi. Un conseil en Allemagne : demandez toujours avec quelle viande est fait le burger. Pour un allemand, la viande hachée c’est un mix porc/bœuf et pour eux rien d’anormal !

8-La vie est-elle chère ?

Après London et Paris, pas du tout. Pour l’Allemagne ou la Province, plutôt oui.

9-Cote conduite ?

Ouhlalala. On est quand même dans LE land de la voiture  (avec la Bavière). Les allemands d’ici ont tous des voitures énormes et très chères. Les vitesses sur autoroutes dans le coin sont illimitées et les allemands ne s’en privent pas pour rouler à des vitesses dépassant l’entendement.

Les gens se collent, il n’y a jamais de distance de sécurité et les clignotants ils ne connaissent pas.

Bon je sais, à Toulouse on conduit comme des barjots aussi, mais là, je vois tous les jours des gens qui mettent le cligno APRES avoir tourné. Ca me met hors de moi.

D’autre part, les allemands ont le pied aussi lourd pour accélérer que pour piler. Je pense que les marchands de frein doivent s’en mettre plein les poches : on ne leur a jamais appris à décélérer.

Vieille voitures allemandes

10-L’intégration est-elle facile ? Y-a-t-il un communautarisme fort ou au contraire est-il facile de s’intégrer et de rencontrer toutes sortes de nationalités ?

L’intégration est très difficile que ce soit pour un allemand du nord, de l’est ou un étranger. Les souabes restent entre eux, ne sont pas très ouverts (en général) et pas très mobiles, ils habitent donc à proximité de leur famille et amis d’enfance, ce qui renforce cette impression de fermeture sur soi. Ici on ne voit pas énormément d’étranger. C’est même un événement quand on voit un noir. Du coup le rapport aux étrangers est complètement biaisé.

Les allemands n’ont vraiment pas l’habitude comme les anglo-saxons des gens qui parlent plutôt mal leurs langues. De même la langue régionale est très forte, il y a des gens qui n’arrivent pas à parler le Hoch-Deutsch (l’allemand que l’on apprend à l’école et que l’on parle partout). Il y a beaucoup d’entreprises dans laquelle la langue régionale est parlée. Et je me suis même entendue dire en entretien : « vous avez un accent, ça risque de ne pas plaire à nos clients » (pourtant l’accent français est considéré comme sexy par les allemands).

Dans l’ensemble même s’il est difficile de rencontrer des locaux, les gens au travail sont très chaleureux. Mais ici, point de copinage vie privée vie professionnelle. Les allemands ne parlent jamais de leur vie privée. C’est très dépaysant. Par exemple un collègue avec qui je mange tous les midis, j’ai appris que sa femme avait accouché quand il nous a envoyé la photo de son bébé. Il n’en avait jamais parlé avant. De même on se dit, ils sont tous mariés (ils ont une bague !) mais ils ne parlent jamais de leur enfant donc ils n’en ont pas. Faux. Qu’ils n’en parlent pas ne veut pas dire qu’ils n’en ont pas. Juste qu’ils n’en parlent pas. Difficile donc de savoir ce qu’il en est et de savoir de quoi on peut parler à part de la pluie !

11-Connaissez-vous la langue du pays ? Avez-vous pris des cours ?

Bien sûr. A Stuttgart, je pense qu’il est quasiment impossible de travailler sans parler allemand.

12-Décrivez votre rue/cadre de vie (j’aime bien ce détail), votre maison/appart si vous le souhaitez, et s’il y a des particularités

C’est une vie à l’Européenne. Pas de particularité spécifique.

13-Est-il facile de partir en week-end ? Y’a-t-il beaucoup de choses à visiter aux alentours ?

Oui très facile et il y a beaucoup de choses à faire dans les environs : la forêt noire, le jura souabe, les Alpes, la Suisse, la Bavière, l’Autriche…. Les possibilités de randonnées à pied à vélo ou de ski sont illimitées et on en profite bien.

Schwäbisch Alb

Ludwigsburg

Bodensee

Schwarzwald

Esslingen

14-A quelle fréquence « rentrez »-vous en France ?

Souvent et pas souvent. Je rentre chez moi environ tous les 8 mois (donc pas souvent), mais il nous arrive d’aller ailleurs en France pour des raisons familiales (mariage ou Noël en fait !). Du coup je dirais en tout 4 fois par an (souvent pour un week end prolongé !).

Aller en France à la frontière ce n’est pas trop loin mais rentrer chez moi c’est très compliqué et très cher.

Strasbourg est à 2h environ de Stuttgart. Donc c’est facile d’accès. Mais bon l’Alsace c’est quand même un peu l’Allemagne !

15-Quel est le climat ?

Continental. On a de la neige en hiver, en été les gens ici diront qu’il est chaud. Mais bon, je viens du sud. Donc 30° ce n’est pas hyper chaud pour moi ! La neige par contre, c’est dépaysant. On a des pneus neige, on conduit sous la neige assez souvent et il faut déneiger la voiture le soir en sortant du travail.

16-Avez-vous des «habitudes » ? (Pris des habitudes locales ? Ou au contraire garde des habitudes françaises ?)

Oui on va au lit assez tôt (21h-22h) et on se lève assez tôt (6h). Le travail commence à 7h30-8h et on a finit à 16h30-17h. Alors qu’en France je commençais à 9h30-10h et finissait à 18h30-19h. Un autre rythme qui me plait bien 

17-Y-a-t-il de la censure ?

Pas à ma connaissance.

18-Vous pouvez terminer sur une anecdote « dépaysant e» 😉

Les allemands laissent leurs pantoufles au travail. Dès qu’ils arrivent à leur bureau, hop, ils changent de chaussures. Ce sont bien sûr des Birkenstock avec les fameuses chaussettes en dessous ! Pour ceux qui n’ont pas de pantoufles, ils se déchaussent. Tout simplement. Et marche en chaussette par terre. Parfois du coup, ça sent un peu les pieds dans le bureau.

***

De ma fenêtre je vois… les voitures garées « à l’allemande »

et les grosses voitures

Et aussi dans le parc à côté un beau panorama sur la ville

Merci Céline pour ce témoignage… surprenant !

J’aurais aimé une photo des pantoufles au bureau 🙂

Vous pouvez retrouver Céline sur son blog par ici :

***

La semaine prochaine, changement de continent, on retrouve Vanessa en Kabylie !

Publicités

Actions

Information

8 responses

13 06 2011
Flo

Bonjour,
merci pour ce reportage qui dénonce très bien l’attitude sexiste dans le monde du travail en Allemagne… j’en ai souffert également, et n’ai jamais trouvé de travail malgré mes diplômes et le fait d’être trilingue… glurp’s ! On m’a avoué au Arbeitsamt que le problème était effectivement mon sexe… et on m’a même proposé de me rayer de la liste des demandeurs d’emploi vu qu’ils ne pouvaient pas m’aider !!!! J’ai bien sûr refusé …
Mais depuis 8 jours, nous sommes revenus en France ! :-)))
Je dois quand même t’annoncer que « l’Alsace N’EST PAS L’ALLEMAGNE « , même si les rues de Strasbourg sont très germaniques, les mentalités sont bien différentes, parole d’alsacienne ex-expatriée dans le Nord de l’Allemagne (voir mon billet à Brême…).
Bon courage et bonne chance
Flo 😀

20 06 2011
Une autre Flo

Hello,
expatriée à Stuttgart depuis 2 ans, j’ai découvert le Blog de Céline il y a un mois seulement, et je me reconnais effectivement dans la plupart de ses commentaires, notamment la place de la femme. Contrairement à Flo (1er commentaire), malgré mes « handicaps » (être une femme et avoir un bébé de moins d’un an) j’ai réussi à trouver du travail il y a peu, à un poste qui me plaît. Avoir une place en crèche a été presque le plus dur (crèche d’entreprise internationale de mon mari au final) !
Et ce ne sont ni l’Arbeitsamt (très aidant dans mon cas), ni mes collègues qui sont les plus durs, mais les autres mamans, qui ne comprennent pas que « j’abandonne mon bébé qui a besoin de moi », et pourquoi je veux travailler. À de nombreuses reprises on m’a expliqué -en souriant, bien sûr, mais quand même !- qu’en Allemagne on utilisait le mot « Rabenmutter » (= mère corbeau= mère indigne). Sympa…
Et quand même, les Bretzels tout chauds bien frais, c’est hyper bon !
Une autre Flo

2 08 2011
Sarah

Grüss Gott lé!
J’ai suivi mon copain à Stuttgart, mais nous ne devrions rester ici que jusqu’au printemps 2012. Du coup, je me demande si cela vaut vraiment la peine que je me lance dans une recherche d’emploi à Stuttgart, vu les difficultés que certaines d’entre vous ont pu rencontrer. En plus, dans un temps aussi restreint, c’est sans doute inutile que j’investisse dans des cours d’allemand… Je ne suis pas ingénieure et déteste l’industrie automobile… donc j’ai vraiment l’impression que ce serait du temps perdu que de chercher un boulot ici (je suis diplômée en Marketing et parle couramment chinois). Chercher un travail en Alsace me tente vraiment beaucoup plus, même s’il faut que je fasse 4h de route tous les week-ends pour voir mon fiancé. Est-ce que c’est aussi ce que vous me conseilleriez de faire ou bien y a t-il de bonnes pistes de travail à Stuttgart pour les étrangers auxquelles je n’aurais pas pensé? Merci d’avance pour votre réponse!

21 09 2011
becotine

Hoouhouhou !! L’Alsace c’est pas l’Allemagne !! Non mais ! Nous, on n’a pas de problèmes avec les filles au taf, et pis quand on voit le nombre d’immigrés, on comprend que chez nous c’est loin d’être aussi raciste que chez eux.
N’empêche, en ce qui concerne le travail, Sarah, les alsaciens aiment bien aller travailler en Allemagne parce que ça rapporte hachement plus. Je pense qu’entre les 4h de route et le ‘change’ (même si c’est l’€uro), tu y perdrais. Maintenant ça fait longtemps que je suis partie et peut être que je me trompe.
Pour ce qui est de la saucisse… C’est apparemment la ‘viande’ de base de l’Allemand qui se respecte. Beuh. Heureusement la bière est bonne et puis les pâtisseries sont pas mal non plus, sinon vaudrait peut être mieux finir végétarien, ou déménager en Australie, moi je dis ;o)
Céline, tu as oublié aussi EuropaPark: mieux que DisneyLand et tellement moins cher !! A découvrir si tu n’y as pas encore été et que tu aimes les sensations fortes :o)

21 09 2011
Lamouette

Hallo !
J’habite en Allemagne depuis 2005, et à Stuttgart de 2005 à 2007 et depuis 1 an à nouveau. Comme j’ai une expérience un peu différente, je me permets de donner mon avis, totalement subjectif donc…
Dans les grandes villes comme Stuttgart, je ne trouve pas que ce soit un problème de travailler étant femme, même avec un enfant. Je travaille en école de musique et plus de la moitié de mes collègues sont des femmes.
Et pour ce qui est du racisme … pardon mais l’Allemagne n’est pas du tout raciste (pour répondre à Becotine). Avec son passé je crois qu’elle ne peut tout simplement pas se le permettre. Il est vrai qu’on voit moins de Noirs qu’en France, mais ça vient juste du passé colonial différent. Il me semble par contre que l’intégration est beaucoup plus réussie qu’en France … c’est pour ça qu’on se rend moins compte de l’immigration. Et ce que dit Céline sur les Allemands qui n’ont pas l’habitude de rencontrer des gens qui parlent mal leur langue, c’est peut-être le cas dans son milieu d’ingénieurs, mais je ne peux pas en dire autant. J’ai souvent à faire à des parents d’élèves que j’ai du mal à comprendre 😉 (et je parle très bien l’allemand …)
Et puis si si, on trouve des poulets entiers (!!!) même bios (!!!!) et dans certains endroits FRANCAIS !!! (pour Céline, poulets bios chez Rewe, français chez Feinkost Böhm et à la Markthalle, à des prix tout à fait corrects).

13 07 2013
Dany

De Toulouse:
Si la culture vous intéresse, il y a à Stuttgart un des meilleurs ballets du monde, 4 orchestres symphoniques, des expos extraordinaires du théâtre de cabaret et de belles sorties dans les environs sans être obligé de faire des kilomètres. Dans les magasins, vous êtes accueilli avec beaucoup de courtoisie, le respect des autres est flagrant. La vie à Stuttgart est tout de même de grande qualité à condition d’avoir un comportement adéquate.
Tschussle

15 08 2014
Hannah

Bonjour!
Par curiosité, j’ai fait quelques recherches sur la vision de Stuttgart par les français. Je suis franco-allemande, ayant grandi en France mais dans un environnement très infuencé par la culture allemande. À 27 ans, je vis à Stuttgart depuis 4 ans. Le témoignage de Céline est très intéressant mais je trouve qu’elle généralise un peu certaines de ses expériences personnelles, donc j’ai décidé de parler un peu des miennes pour contrebalancer 🙂

Mon expérience quant à Stuttgart est très positive. Avant de vivre ici j’ai passé un an à Lübeck, très jolie ville au nord du pays et tout le monde là-bas m’avait prévenue: Stuttgart, tu verras, c’est moche et les gens ne sont pas très ouverts… Une fois là-bas, j’ai plutôt vécu le contraire.

C’est vrai qu’à première vue, le centre-ville n’est pas très hospitalier. Détruit en grande partie pendant la guerre, il a été reconstruit depuis les années 50 dans un style très hétérogène et très axé sur l’utilisation de la voiture. De grands axes routiers coupent la ville en morceaux. Mais quand on y regarde de plus près, la ville regorge de coins très sympas, jolis quartiers comme Stuttgart West, Feuersee, Heusteigviertel ou encore Heslach. Le tout agrémenté de parcs splendides, avec des cafés à panoramas magnifiques (ce que disait déjà Céline, en fait). Et la forêt accessible à pied. C’est vraiment agréable venant de Paris!

Je ne trouve pas que l’intégration soit difficile ici. Dû au passé (et présent) industriel, il y a énormément d’étrangers et de jeunes allemands issus de familles étrangères ou mixtes. Ce sont des gens très tolérants et ouverts à d’autres cultures. Parfois je marche dans la rue et je n’entends pas parler allemand! Surtout dans mon quartier, Stuttgart Ost. Bien sûr, il y a les souabes et leurs manières un peu ringardes et strictes (voir la Kehrwoche…), mais surtout dans les petites villes et villages des environs. Stuttgart est une ville qui est, malgré son côté provincial, une ville assez internationale.
Ce qui m’en fait venir aux festivals. En été pas le temps de s’ennuyer! Chaque semaine a lieu un festival ou une fête de quartier, voire plus, bien sûr le plus souvent gratuits. Par exemple le festival des cultures, où jouent des groupes d’origines variées dont pas mal de groupes français, le festival du film d’animation, le Marienplatzfest, etc.
De bonnes occasions de passer de bons moments avec ses amis et collègues autres que dans les bars et cafés. Sur ce point, il faut l’avouer, ça laisse un peu à désirer. Il y a des cafés très sympas, bars et boîtes aussi, mais pas extrèmement nombreux. Les cafés et bars du centre-stadtmitte ne sont pas terribles. Bon, du coup on a ses lieux habituels où l’on est par ailleurs sûr de toujours retrouver des gens que l’on connaît… On aime ou on n’aime pas, surtout quand il s’agit de rencontrer ses collègues à chaque coin de rue. Le monde est petit donc il faut faire attention de ne pas croiser ses clients en fin de soirée!!
Pour donc en arriver au monde du travail. Je travaille dans le milieu de l’architecture, un peu surreprésenté dans cette ville. Jusqu’ici, mon expérience a été assez bonne, même si on travaille quand même beaucoup: 9h-18h30 voire 19, 20, 21h selon les agences, parfois le weekend. Mais c’est un propre des métiers un peu créatifs et on retrouve ça dans de nombreuses branches telles que la publicité, le cinéma etc. et pas seulement ici. D’une manière générale, c’est vrai que dans les grandes entreprises comme Bosch, Daimler etc., les 8h/jour sont respectées très strictement. Le vouvoiement au travail est quelque chose de courant mais surtout dans la relation avec les supérieurs. Chez mon maître d’ouvrage, une grande banque locale, tout le monde se vouvoie et s’appelle par son nom de famille. Dans mon agence, tout le monde se tutoie. Difficile de généraliser 🙂 (d’ailleurs, jusqu’à la trentaine, parfois même après, les gens ont tendance à se tutoyer dans la rue sans se connaître, pareil dans les boutiques, cafés etc. C’est très décontracté.)
Sinon, c’est vrai que les allemands parlent moins de leur vie privée entre collègues que les français (quoique, je n’ai jamais travaillé en France…) mais j’en ai plutot fait l’expérience contraire. D’ailleurs je trouve que l’atmosphère de travail est très agréable et quand j’entends mes amis français parler de leur quotidien, avec la concurrence entre collègues et les titillements très prononcés et d’après moi propres à la culture professionnelle française (je n’approfondis pas sur ce sujet) je me trouve très bien ici 🙂
Et puis les salaires ici sont corrects, surtout quand on compare les prix en Allemagne et en France. Les coûts des achats quotidiens, restos, sorties, et même loyers dans cette ville qui est une des plus chères d’Allemagne sont, dans cette optique, vraiment très raisonnables. (Mais pfff… Vraiment difficile de trouver du poisson frais ici)

Point négatif et c’est quelque chose de répandu dans toute l’Allemagne, surtout de l’Ouest, la place de la femme dans le monde du travail. C’est vrai que pour l’instant, soit les couples on des enfants très tard pour ne pas nuire à la carrière de l’un ou de l’autre (enfin de la femme, il ne faut pas se leurrer), soit la femme travaille à mi-temps, soit l’enfant est pris en charge mais les places en crèche et école maternelle restent, pour l’instant, un problème. Mais ces dernières années, le gouvernement et les administrations locales font beaucoup d’efforts pour améliorer la prise en charge des enfants et les maternelles et écoles primaires à la journée, la mise en place de nombreuses crèches sont des sujets très actuels et ça se met en place.
Et même si ce sujet m’a beaucoup surprise lors de mon arrivée en Allemagne, je pense qu’en faisant des efforts et en vue des améliorations actuelles, c’est quelque chose de surmontable. (Bon je n’ai pas d’enfants donc c’est peut-être facile à dire!)

Pour en terminer par la petite anecdote: chez nous, jamais de chaussons à l’agence mais il nous arrive d’enlever nos chaussures par temps chaud quand les chefs ne regardent pas :p

Pour résumer: j’AIME cette ville 🙂

12 08 2015
Mongrard

Bonjour
Tres interessant tout ca… Moi je viens d arriver a Stuttgart enfin Marbach pour suivre mon cheri qui vit ici mais je ne parle pas un mot et recherche de l ‘aide pour trouver des cours pour debutant et faire des connaissances car seule ici c est pas facile facile. En France j organiser des evenements sportifs donc a 300 a l heure tout le temps la le choc est brutal .
Donc si ca vous dis vous pouvez me contacter
aureliemongrard@hotmail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :