Elisabeth, les colibris et Jason Statham… à Los Angeles (USA)

18 07 2011

Moi, Elisabeth, 36 ans, en doctorat de sciences de l’éducation + mon mari qui veut rester anonyme, 38 ans, chef monteur de films + les enfants : Emma (presque 12 ans), Titouan (quasi 10 ans) et Violette (bientôt 4 ans et demi)

1- Depuis combien de temps habitez-vous dans ce pays ? Pour combien de temps ? 

Nous avons quitté la France au mois d’août 2010, pour des vacances d’un mois et demi à Montréal où mon mari travaillait… et nous avons enchainé avec 3 mois à Philadelphie et depuis 6 mois, nous vivons à Los Angeles où nous avons choisi de rester.

Nous ne sommes pas sous contrat d’expatriation mais sous contrat local, mon mari n’a pas de travail fixe, il est freelance et nous sommes donc totalement libres de rester ou de partir (il a la chance d’avoir un visa renouvelable quasiment indéfiniment et de pouvoir obtenir facilement une carte verte).

Mon mari travaille dans le cinéma, un producteur et un réalisateur ont aimé son travail et l’ont donc contacté. Nous n’avions absolument pas planifié de venir, et nous n’en n’avions pas spécialement envie.

Nous n’avons pas prévu de durée spécifique à notre vie ici.

J’ai déjà vécu plusieurs mois à Londres et plusieurs mois à Phukhet (en Thaïlande), quand j’étais jeune étudiante et j’ai un peu voyagé aussi (Cameroun, Egypte…).

2- Comment se passe la scolarisation ? Y-a-t-il des ecoles francaises ? Y avez-vous mis vos enfants ou au contraire avez-vous opte pour le systeme anglais (ou autre) ? Avez-vous acces a d’autres pedadogies ? (Montessori, Steiner…)

En France, nos enfants n’étaient pas scolarisés. Nous étions une famille homeschooleuse (= école à la maison).

Finalement, en janvier Titouan a intégré une école publique ici en 4th grade (CM1), il poursuivra en 5th grade en septembre, Violette va à la preschool 2 jours par semaine et Emma fera sa rentrée en 7th grade (5ème) en septembre à la middle school publique dont nous dépendons. Le but principal est qu’ils soient parfaitement bilingues.

Ils feront du français, de l’histoire et de la géo à la maison afin de garder un niveau suffisant pour pouvoir passer le brevet et le bac en candidats libres.

A Los Angeles, il y a deux écoles françaises : le Lycée Français et le LILA. La scolarité y est extrêmement chère, ces établissements sont loin de chez nous et je n’aime pas l’école française donc je n’y mets pas mes enfants (on verra éventuellement pour le niveau lycée).

Il existe des tas d’écoles privées américaines avec des tas de pédagogies, mais la plupart sont horriblement chères!

3- Vos enfants sont-ils bilingues ?

Non, ils ont commencé l’apprentissage de l’anglais il y a moins de 6 mois. Titouan et Violette par immersion à l’école et Emma avec des cours d’ESL (English as Second Language). Les deux ainés sont fluent et Violette commence à bien se débrouiller.

4- Qu-est-ce qui vous fait vous sentir bien dans le pays ?

 Ma famille 🙂

Les gens sont globalement extrêmement gentils de prime abord.

C’est une culture différente mais pas tant que ça, donc ça aide.

Le fait de parler anglais aide bien aussi.

Mais je ne suis pas hyper enthousiaste à l’idée de rester ici pour l’instant

5- Qu’est-ce que vous y trouvez que vous ne trouviez pas en France ? 

Pas grand chose, lol!

J’avais une chouette vie en France et les Etats-Unis étaient loin d’être un rêve pour moi. Et je perds pas mal de choses en venant (mes études, le droit de travailler, mes activités, mes amis…).

Niveau travail pour mon mari, évidemment, c’est autre chose : quand on travaille dans le cinéma et qu’Hollywood vous appelle, difficile de refuser.

6- Cote alimentation, qu’est-ce que vous adorez ? A l’inverse, y-a-t-il qq chose qui vous manque et que vous ne trouvez pas ?

J’adore les fruits et les légumes bios que je me fais livrer à domicile chaque semaine. Et les fruits coupés en morceaux et arrosés de jus de citron qu’on achète dans les parcs!

A LA, il est extrêmement facile de bien manger, je trouve tout ce que je veux en bio, du bon chocolat, du bon pain, du fromage au lait cru et même des croissants (si, si).

Impossible de trouver du «vrai» saucisson sec par contre et des trucs trés spécifiques. Rien ne me manque vraiment, mais en ce moment, je rêve de manger des moules-frites (ça existe, hein, mais je vais attendre mon retour en France) et de me gaver de yaourts nature en petits pots individuels et de crèmes desserts en tout genre!

7- Y a-t-il des plats typiques « etranges » ?

Etranges, non, mais les américains peuvent aller trés, trés loin dans la malbouffe!

Les menus de la cafétéria sont tout un poême, burritos, pizzas, nuggets (evidemment industriels, rien de fait sur place). Je n’ose imaginer les dégats pour les enfants qui y mangent du 1st au 12th grade! La lunchbox est donc obligatoire!

8- La vie est-elle chere ?

Oui et non.

Les choses importantes sont trés chères : logement, éducation, santé. Le manque de protection sociale est aussi à prendre en compte si on est sous contrat local. Mon mari n’a pas de travail fixe et entre deux contrats, pas d’allocation chômage! Et s’il reste trop longtemps sans travailler, il perd également son assurance santé.

Je trouve le cinéma, les DVD et les musées chers aussi. Internet-TV-Téléphone sont absolument hors de prix.

Par contre, les vêtements et les restaurants sont bien meilleurs marchés.

9- Cote conduite ?

C’est THE point noir de LA. C’est une ville noyée sous les voitures dans laquelle personne ne marche. Une copine américaine me disait que marcher plus d’1/2 block était impensable pour l’angelenos moyen!

Nous oui, puisque nous n’avons pas de voiture. Mon mari va travailler en vélo ou en bus et je me déplace à pied.

Sinon, globalement, les gens conduisent assez mal, klaxonnent beaucoup et ne regardent pas s’il y a des piétons ou des cyclistes. Par contre, ils ne roulent pas trop vite.

10- Qu’est-ce qui vous agace le + dans les mentalites, les habitudes culturelles du pays ?

Leur obsession absolue de la voiture «you are what you drive» (vous êtes ce que vous conduisez), trés typique de LA!

Leur côté fataliste et résigné, je trouve les américains absolument pas combatifs, quand on souligne une injustice ou une inégalité, la réponse obtenue est souvent «yes, but what can we do?» (oui, mais que peut-on faire?)

L’enthousiame excessif et trés superficiel pour les gens ou les choses qui fait qu’on a souvent l’impression qu’ils se foutent de notre gueule et qu’ils sont trés hypocrites et qui ne débouche sur rien de plus profond.

11- L’integration est-elle facile ? Y-a-t-il un communautarisme fort ou au contraire est-il facile de s’integrer et de rencontrer toutes sortes de nationalites ?

Oui et non. C’est une culture suffisamment proche de la nôtre pour que l’intégration soit facile. Mais les américains ne sont pas des gens avec lesquels il est facile de devenir ami, ou même juste «bon copain». C’est quelque chose qui ressort beaucoup quand on discute avec d’autres expats qui sont ici depuis longtemps : la plupart n’ont pas de vrais potes américains, et encore moins d’amis. Les relations sont trés agréables et trés faciles, mais elles ne vont jamais trés loin.

Ceci dit, ma seule bonne copine ici est américaine. Il y a donc des exceptions.

12- Connaissez-vous la langue du pays ? Avez-vous pris des cours ?

J’ai fait 4 ans et demi d’anglais au collège et au lycée. Je n’avais pas parlé anglais depuis 15 ans… et ça va trés bien. Je peux discuter de tout avec les gens, je les comprends, je peux lire et regarder un film (je garde les sous titres anglais dessous mais plus par sécurité que par réel besoin).

Je vais peut-être prendre des cours une fois par semaine à partir de septembre pour vraiment m’améliorer, histoire de faire moins de fautes quand je m’exprime quand-même et d’avoir un vocabulaire un peu plus élaboré.

13- Decrivez votre rue/cadre de vie 

A notre arrivée à LA, nous avons sous-loué une maison pendant 6 mois. Et là, nous avons loué un grand upper duplex (beaucoup de maison ici comprennent deux logements qui partagent le jardin), plus de 200m2, 3 grandes chambres, plein de lumière, du parquet partout, une vraie cheminée, nous sommes trés contents.

J’aime bien le fait que les maisons soient équipées de lave-linge et sèche-linge + cuisine équipée (frigo, four, lave-vaisselle).

Trouver une maison de 3 chambres n’a pas été si facile et je ne parle pas de 4 chambres!

Notre quartier est trés bien situé, trés central, on peut tout faire à pied, il y a bcp de lignes de bus, c’est trés vert et trés fleuri.

Je vis à une rue d’écart de Laëtitia qui a également témoigné pour ce blog.

14- Est-il facile de partir en we ? Y’a-t-il beaucoup de choses a visiter aux alentours ?

La Californie est un état sûrement magnifique. mais pour partir en week-end il faut du temps et un peu de sous + un véhicule. Nous n’avons aucun des trois donc nous ne sommes pas sortis de la ville pour le moment.

Et puis, après 2 pays et 3 villes, nous sommes contents de nous poser un peu sans nous sentir obligés de «visiter» (en 10 mois, nous nous sommes baladés à Montréal, Ottawa, Philadelphie, l’arrière-pays amish, New-York et LA). Nous sommes là pour longtemps, nous avons le temps.

15- A quelle frequence « rentrez »-vous en France ?

En France, nous avons notre maison. Elle va être louée à des étudiants et sera donc disponible tous les étés. Je compte donc rentrer une fois par an pendant 6 à 8 semaines tous les étés. Je veux que mes enfants n’oublient pas qu’ils sont français, et j’ai envie de voir mes amis, ma famille, de manger de la baguette et du camembert, de flâner dans les librairies et de me promener dans des jolies rues.

16- Avez-vous prevu de revenir vivre en France un jour ? Qu-est-ce qui ne vous donne PAS envie de revenir habiter en France ?

 Je ne me vois pas mamie aux Etats-Unis mais rien n’est prévu. Quand on en aura marre, on rentrera. la question est surtout liée au travail de mon mari, tant que c’est mieux ici, on ne rentre pas, sinon aucun intérêt pour nous de rester.

17- Face a quelle mentalite/habitude/defaut francais etes-vous + clement, avec le recul d’habiter a l’etranger ?

Le chauvinisme, les râleries, le sentiment de supériorité (les américains ont le même).

J’aime bien le côté polémiqueur de mes compatriotes, on ne s’ennuie pas à table avec des français, c’est vivant, ça parle fort et ça s’engueule mais au moins, ça bouge. Ici, tout est plus lisse, on ne parle pas des sujets qui fâchent.

18- Quel est le climat ?

Il est réputé comme un des plus agréables au monde.

Je ne suis pas convaincue, j’aime bien avoir de vraies saisons, j’aime la pluie et je n’aime pas la chaleur.

19- Avez-vous des «habitudes » ? (Pris des habitudes locales ? Ou au contraire garde des habitudes francaises ?)

Je fais mes courses à n’importe quelle heure, n’importe quel jour.

Je mange plus à l’extérieur aussi.

Mais pour le reste, je vis plus ou moins comme avant.

19- Y-a-t-il de la censure ?

Non. Sauf pour les F*** à la télé. Et certains films sont remontés afin de ne pas heurter le public américains (dans les exemples connus et récents : Taken et The King Speech, l’un est moins violent ici et l’autre ne contient plus de gros mots).

20- Vous pouvez terminer sur une anecdote « depaysante » 😉

Ms enfants se sont baignés dans la piscine d’un tréééééééés gros producteur et Jason Statham est venu chez moi et m’a fait la bise (il sent bon *love*)

« De ma fenetre, je vois…. »

plein de fleurs, des colibris et les collines d’Hollywood!

Merci Elisabeth !

J’aimerais bp savoir comment ils ont pu retirer les gros mots dans « Le discours d’un roi »?? Ils ont supprimé une scène entière ou ils ont mis « saperlipopette et crotte de biquette » à la place ??

Le blog d’Elisabeth :

 ***

La semaine prochaine, retrouvons Charlotte pour une visite de Bruxelles 

Et après… pause vacances !

N’hésitez pas à m’écrire si vous souhaitez témoigner : mariegervais2004 -at- yahoo.fr

J’ai besoin de témoignages pour la rentrée !!!!

Publicités

Actions

Information

3 responses

18 07 2011
Gwenn

J’aime bien le concept d’arriver là par hasard !
Le fait de pouvoir rester tant que vous voulez ou repartir, c’est une liberté rare !
Et je te rejoins sur les (bonnes, vraies) librairies, qu’est ce que ça manque !

18 07 2011
Elisabeth

Oui, ils ont coupé LA scène problématique avant de rendre le film PG13, avant ça il était R (donc non visible par les moins de 17 ans).
Les frères Weinstein sont appelés « les ciseaux », ça n’est pas pour rien.

Gwenn : je suis à Lille pour quelques semaines et les librairies vont être mes petites bonheurs de l’été, j’avais oublié le choix incroyable de bouquins…

19 07 2011
mariemic

« Le discours d’un roi » mutilé et interdit aux moins de 17 ans, mais « Harry Potter et les reliques de la mort » à partir de 10 ans ?! Y’a un truc qui m’échappe…
Ce Harry Potter va moins traumatiser de gamins que les gros mots de Colin Firth ??

Petit article qui en dit long…
http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Twilight-3-Hesitation-le-film-a-failli-etre-interdit-aux-moins-de-17-ans-!-2356567

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :