Un bain de langue : noyade ou pas ?

15 11 2011

Une fois n’est pas coutume, pour remettre les pendules de ce blog à l’heure, je fais mon propre petit message !

Dans le questionnaire et dans chaque témoignage revient la question de la langue… pour les adultes, les parents (surtout la maman, en règle générale), mais aussi les enfants.

Une « chance » (est-ce réellement une chance ?), le monde est presque entièrement anglophone aujourd’hui, la question se pose moins difficilement puisqu’on sait que dans 8 destinations sur 10, on pourra baragouiner in english. Oui, enfin… sauf dans beaucoup de pays asiatiques, sauf dans beaucoup de pays africains, sauf dans les pays où il sera mieux vu de parler français qu’anglais. Et sauf en France si on est étranger, où on parle bien mal la langue de Shakespeare 🙂 !

Bon c’est un peu comme McDo et Starbuck : parfois c’est un soulagement de tomber sur quelque chose de connu quand le riz lui-même est systématiquement épicé et qu’il ne reste que des mini bananes à manger pour les enfants (qui ne l’a pas fait ??), mais la plupart du temps, c’est agaçant de retrouver, au bout du monde, toujours les mêmes enseignes !

Bon au final, pas si évident que ça de se faire comprendre quand on débarque dans un pays à l’autre bout du monde !!

Stt quand on vient de France (non promis pas de débat sur l’apprentissages des langues en France)

Lorsque nous étions à Dubai, j’avais écris des post sur le problème de la langue, pour moi (désolée impossible de comprendre l’anglais indien ou pakistanais) et surtout pour les enfants, avec leur plongée angoissante dans l’école anglaise.

Et si j’ai posé cette question dans le questionnaire c’est bien parce qu’elle est vraiment cruciale : y pense-t-on réellement suffisamment avant de partir à l’étranger ? Se prépare-t-on suffisamment ? Prépare-t-on suffisamment ses enfants ?

C’est clair que l’immersion de quelques semaines dans un pays, via un voyage linguistique, est la meilleure des préparations à l’apprentissage d’une langue, c’est désormais prouvé scientifiquement, le cerveau entend, même s’il ne comprend pas, et retient les tonalités, les sonorités… L’apprentissage suit en douceur : la compréhension et la prononciation sont bp + fluides.

Jusqu’à 6, 7 ans, les enfants vont acquérir avec une facilité déconcertante la maîtrise de la langue ET de son accent. Tous les parents qui l’ont vécu doivent reconnaître que c’est réellement prodigieux !!! Et dans un pays « bilingue » comme peut l’être les Emirats, les accents anglais et arabes sont maîtrisés avec autant de facilité…

J’avais peur que les enfants perdent leurs début d’apprentissages, mais presque 9 mois après notre retour, ils comptent, récitent l’alphabet avec le même entrain, et stt le même accent qu’à Dubai ! Je pense (j’espère ?) qu’il leur restera une facilité pour l’apprentissage des langues, et notamment de l’anglais, qu’ils se seront fait une « oreille » à travers cette immersion.

Pour les adolescents, un séjour linguistique préparatoire une bonne idée avant de partir

Enfin voilà, j’ouvre une discussion, si ça intéresse certains de venir donner leur avis, partager leur expérience (bonne ou mauvaise), sur l’immersion, sur la suite quand on doit « rentrer au pays », ou leurs conseils pour les touts petits, les ado, les grands… ?

***

Lundi, on repart visiter le monde avec Marie-Paule, en Tasmanie !

Publicités

Actions

Information

8 responses

16 11 2011
Isabelle

Les enfants se seront fait « l’ oreille » en entendant l’anglais ou autres langues étrangères, mais aussi le « palais ». Les sons sont formés différemment dans la bouche suivant la langue étrangère. La pratique lors de l’enfance aide leur palais à se former à la langue, et cela est très important pour parler une langue correctement. Après un certain age, le palais est formé et il devient donc presque impossible de prononcer certains sons. De même après un certain age (7ans +), l’apprentissage des langues étrangères se fait dans une autre partie du cerveau.

J’ai appris à parler français et espagnol en même temps, étant arrivée en Espagne à l’age d’ un mois et rentrer en France juste avant mes 4 ans. J’étais à ce moment là totalement bilingue. Je n’ai plus parlé espagnol après mon retour en France jusqu’à ce que j’apprenne l’espagnol comme deuxième langue étrangère à l’école (10 ans après!)… en un mois tout m’est revenu: les mots, les expressions et surtout la prononciation… c’était gardé quelque part dans mon cerveau et dans la forme de mon palais. Je parle 3 langues couramment et une quatrième moins bien (le japonais appris vers 25 ans et très peu pratiquée).

Plus les enfants sont exposés à différentes langues, cultures, etc. plus l’apprentissage d’une langue, la compréhension de différentes cultures sont faciles.

Les voyages (de courte durée ou de plus longue durée comme les expatriations) sont à mon avis le meilleur moyen d apprendre à connaitre le monde et les autres…. et ainsi à devenir un peu plus tolérant, ouvert, curieux (et bilingue); et d’apprécier le monde (planète et population) dans lequel nous vivons.

16 11 2011
nicole DAVET

Pas d’expèrience d’expat. pour moi…
Mais, ai observé et lu les réactions d’un couple (+ un BB en route ) parti il ya quelques années au Japon, …
Ils s’étaient tous les deux initiés au japonais avant de partir….
Une fois sur place, le mari dans le tourbillon du travail, la jeune femme à commencé par s’inscrire à un cours de cuisine ( en Japonais ) histoire de pouvoir faire ses courses plus facilement, et de pouvoir dialoguer avec des vendeuses ou commerçants « du cru » pour améliorer ses capacités bien faibles à parler la langue.
Le bb né, en maternité japonaise,la maman a appris à nourrir et s’occuper de cette petite fille dans le cadre de la maternité…Deux enfants sont nés au japon pendant leurs années d’expat, les deux ont été confiés ( dès la reprise de travail de la maman) à des lieux d’accueil pour enfants Jap.

Je les ai beaucoup admirés…
Nicole

16 11 2011
mariemic

merci pour vos témoignages, Isabelle je n’étais pas au courant pour la partie formation du palais, c’est passionnant, je vais aller creuser !
Nous avons à la maison des livres-CD pour « apprendre » des langues pour les enfants (on a japonais et espagnol), et c’est vrai que même à travers ces qq chansons (qui reprennent vocabulaire, couleurs, chiffres, alphabet, mots simples et expressions comme bonjour, comment vas-tu ,etc..), les enfants reprennent extrêmement bien les prononciations, bien mieux que moi en espagnol notamment 🙂

ps: les livres-CD s’appellent « chante et découvre le japonais » (et autres langues), chez ABC melody, et sont vraiment très très bien.

Marie

16 11 2011
Laure TROJANI

bonjour,
Plusieurs experiences dans notre cellule familliale :
La mienne : des langues (allemand puis anglais ) a l’ecole sans plus mais 5 semaines a 18 ans dans une famille qui ne parlait pas un mot de français mis à part « bonjour ». Bien sur tous les jours j’apprennais une petite liste de vocabulaire des mots du jour… J’ai fini par réver en Anglais la derniere semaine et la grande tante de la famille d’accueil m’a dit au moment de partir que je n’avais plus mon accent français… D’ailleurs depuis je ne sais plus parlé l’allemend : je commence une phrase dans cette langue et la finis en Anglais comme si pour mon cerveau la seule langue etrangere etait l’anglais !
Je me suis retrouvée expat pendant 5 ans (2006-2011 en Finlande) – je viens juste de rentrer. Et bien c’est avec mes acquis de 25 ans plus tot que j’ai vecu sur place!! peu de progrès en Anglais entre temps ou recemment, juste la remontée de mes acquis à l’aide de quelques cours !
J’ai essayé d’apprendre le Finnois : vocabulaire compliqué et plein de declinaisons mais j’aime la gymnatique intellectuelle donc ce n’est pas cela qui m’a bloqué. Je n’ai jamais reussi a reconnaitre les double lettres (temps appuyé sur les lettres doublées) à l’oreille – à l’ecrit j’arrive à les lire mais si je peux reproduire musicalement un mot entendu je ne sais pas dire ou sont ces fameuses doubles lettres qui changent un mot en un autre !!!!
Par contre à la fin de mon sejour, j’ai regretté d’avoir arrete car effectivement je m’etais habitue à la langue et je pouvais deviner le sens d’une conversation, reconnaitre des mots , des synthaxes de phrases etc … Etre dans le bain est le meilleur moyen d’apprendre à condition de ne pas avoir le choix de parler autre chose que la langue que l’on souhaite apprendre.
Mes enfants en expatriation ? deux cas totalement différents.
Ma fille est restée plutot voir totalement hermétique à la langue locale comme à l’anglais – elle avait 4 ans a l’arrivée et 8 au retour… sa dyslexie qui la gene pour associer son et lettre est elle l’explication ? surement pour l’ecrit mais pour l’oral, il y a probablement autre chose …
Mon fils a tout absorbé comme une éponge : des baby sitters françaises mais une nounou locale 1 jour par semaine pendant l’année de ses 2 ans et il me disait des phrases de son age en Finnois, et il les connait toujours meme s’il ne sait pus obligatoirement le sens. A l’école française la bas il avait du Finnois et le retenait, de retour en France pour sa GS, il a des cours d’anglais et il fait deja des phrases (plus longue que ma fille en CM1 ) avec l’accent. On faut dire aussi que ce petit garçon adore écouter de la musique, toutes sortes de musique. Et maintenant il a aussi cette capacité a jouer / parler avec quelqu’un qui ne parle pas sa langue sans en etre derangé meme s’il reconnait qu' »en France c’est plus facile de jouer avec des enfants qu’on ne connait pas car tout le monde parle la meme langue que moi »

Ma conclusion : L’oreille doit avoir (ce n’est que mon avis – pas d’etude scientifique à vous mettre sous le nez!) une grande importance.
Le cerveau met de coté ses acquis linguistiques mais sait les faire remonter a la surface quand il faut.

Par contre sur le billnguisme des enfants, je me pose toujours plein de questions : quand ce sont les langues parentales , comment gere t on l’acquisition de l’ecrit, de la grammaire dans les 2 ? est on si facilement vraiment billngue ?finit on toujours par priviligié une langue ?
si l’acquisition se fait par l’école, comment ne perd on pas sa langue maternelle (ou plutot comment l’acquérir completement)? peut on vraiment parler de billinguisme ? a partir de quel niveau?
J’ai vu de parents vouloir des enfants billingues mais en ont ils tous les moyens ? quel prix paient ils pour cela (je ne parle pas d’argent mais du malaise des enfants à ne pouvoir s’adapter, se faire entendre et devenir violent) ? On ne peut vivre sans parler une langue etrangere mais notre société a changé et ce n’est plus comme il y a 50 ans : on a tous des contacts avec d’autres langues et tres tot.

Laure

16 11 2011
Gwladys

Quelle question intéressante !

Voilà « mon histoire » avec les langues.
Ma maman m’a souvent parlé anglais, depuis très jeune (bébé) – et je l’en remercie ! J’ai habité en Chine trois années, de mes 5 à mes 8 ans. Ma nounou était chinoise et je parlais alors couramment chinois, « sans l’avoir appris ». Je l’avais acquis au contact des vendeurs du marché, de ma nounou… Il parait que je ne savais plus trop à quel moment je parlais français ou chinois. Au retour en France, j’ai tout oublié. Maintenant, je peine pour me souvenir de comment dit-on bonjour ou au revoir.
J’ai ensuite vécu au Moyen Orient où j’ai appris au collège à lire et écrire l’arabe littéraire et à parler au contact de mes amis, et de la vie quotidienne, l’arabe oral d’où j’habitais. En rentrant en France à l’âge de 14 ans, l’arabe est resté. Puis est un peu parti… Je perds la célérité, l’aisance, les conjugaisons, mais je sais que c’est là. On le parle encore avec mes parents parfois.
Je suis plutôt sûre que si je me relançais dans le chinois ou l’arabe, ça reviendrai vite, surtout pour le chinois qui m’était naturel.
J’ai acquis l’anglais de manière super fluide, pas du tout grâce à l’école en tous cas je pense… Je le parle très naturellement avec mes amis maintenant.

Je suis mille fois d’accord quant à la « formation du palais » dont parle Isabelle. Le chinois, l’arabe, l’anglais, m’ont appris jeune à former des sons différents de ceux du français. Ainsi, quand j’ai appris l’albanais, baragouiné le serbe et le russe, je n’ai pas buté (disons… je n’ai pas buté plus que ça 😉 ) sur les sons que le français ne propose pas. Ma bouche-linguiste est flexible ! Je ris souvent avec une de mes amies, lettonne, du « r » et du « an » français de « je voudrais des croissants » 🙂 et du « ž » très « pays de l’est » !

Enfin, je suis certaine que c’est cette imprégnation jeune et multiple (langues orientales, indo européennes, …) qui a formé mon oreille et qui me donne la grande chance de maintenant (j’ai 24 ans) pouvoir m’imprégner très vite des langues et les comprendre rapidement – les percevoir, tout au moins. Bref, le palais et l’oreille ont déclenché un truc dans ma petite tête qui fait que je repère « facilement », si j’y suis immergée, via l’intonation, la comparaison, l’écoute, où est la grammaire et la syntaxe de la langue, quels sont les mots clés… Enfin je crois ! C’est très « naturel » comme processus… C’est étrange.

Pour l’accent en revanche… On dit que mon arabe et mon albanais ont un bon accent (les gens sont surpris !), mais que mon anglais a tout de même une légère touche frenchy (qui a son efficacité !). Peut-être que trop occupé à écouter d’autres langues, mon cerveau a oublié de prendre l’accent parfaitement brittish ?

Le langage chez l’enfant est tellement passionnant ! Bonnes recherches Marie !

18 11 2011
dorothée

Je suis d’accord sur la formation du palais mais en plus il ya des langues plus ou moins « limitées et limitantes » dans la gamme des sons…

Mes enfants sont bilingues italien-français depuis leur naissance mais la combination de ces 2 langues latines n’aide en rien pour l’apprentissage de l’anglais, en Italie l’anglais est obligatoire depuis le cp 4 heures par semaine.
Mais chose incroyable, on voit nettement une différence entre eux et leurs amis à l’école: mes enfants affrontent les leçons d’anglais avec sérénité et surtout sans demander à tout bout de champ la traduction mais s’adaptent au concept de la leçon, est-ce grace à leur bilinguisme? Je me souviens de mes cours d’anglais en 6ème, je cherchais toujours la traduction croyant que ça me ferait comprendre le sens de la phrase.

Par contre je suis d’accord sur le fait que chaque personne est différente, mon grand a des problèmes de grammaire dans les 2 langues maternelles, malgré des exercices du cned pour le français et sa scolaristion italienne alors que le plus petit a une fluidité impressionante et c’est le plus ouvert à l’apprentissage de l’anglais aussi d’ailleurs…

Pour ma part je suis arrivée en Italie sans connaitre la langue et il n’y a plus personne pour me demander mon origine, mais j’avoue n’avoir jamais eu de problème… pas grace à l’école!!! J’exagère la partie théorique, grammaire, est affrontée à l’école.
Bref je pense qu’il faut un peu des 2: école et voyage linguistique.

Mais surtout il faut que les français s’ouvrent un peu plus aux langues!

18 11 2011
martine

Je ne connaissais pas le « modelage » du palais, different suivant les langues parlees dans la petite enfance et je trouve ca tres interessant. Ayant travaillee en pediatrie, j’ai eu des formations pour mon metier et il y avait des video tournees dans des pays anglophones, et d’autre en France, avec le babillage de petits enfants qui n’avaient pas encore acquis le langage (ils avaient moins de 1 an). On reconnaissait tout de suite les futurs francophones, qui prononcaient des « bababamamama » et des anglophones, qui prononcaient des « iouiouiou ». Ce n’etait pas le sujet de la formation mais c’etait tres amusant!

18 12 2011
roxane

question vraiment intéressante!
ici le russe est acquis mais avec mal…5 ans pour ne plus est larguée (tous sujets) je trouve que c’est beaucoup … mais voilà c’est le résultat d’une langue apprise après 25 ans… les neurones vieillissent)) et effectivement le palais ne permet plus tous les sons, ce qui pose parfois de vrais problèmes…Et qui empêche de perdre totoalement son accent français… (bien qu’il soit très utile ici)) c’est donc peut-être seulement un acte manqué))) pour mes enfants 2 cas différents, un petit arrivé à 8 mois qui a eu 5 ans et qui est bilingue, avec un magnifique accent russe) un vrai poisson dans l’eau! par contre que de stress!! monsieur avait décidé d’atteindre ses 3 ans avant de nous faire voir ses capacités linguistiques!! et oui il ne parlait pas ou peu… et en un mois, les 2 langues (français/ russe)sont venues naturellement avec un vocabulaire assez large en plus! maintenant il sait et continue d’apprendre l’english (comme il dit lui même))
pour ma fille arrivée à 5 ans, après un blocage d’environ 1 an et un programme CNED qui nous demande breaucoup de temps et d’investissement, la situation s’est améliorée, elle va à l’école russe la moitié de la semaine et même si au final elle n’a le temps de rien!!! et ben gros point positif!!! elle est plus cool, vraiment détendue, elle parle russe avec pas mal de fautes de conjugaison mais peu de fautes concernant les déclinaisons! elle se débrouille, et niveau dictée russe, sa bonne oreille aidant elle fait moins de fautes qu’en français!! par contre l’anglais… pffffff reste très phonétique…et là j’ai peur que ça nous pose un petit problème au retour en France qui se profile! si quelqu’un a une solution…HELP))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :