Guillaume, les vers grillés, les inondations et les massages de pieds …. à Bangkok (Thaïlande)

13 02 2012

 

1- Depuis combien de temps habitez-vous dans ce pays ? Pour combien de temps ? (contrat d’Expatriation ou en duree indeterminee…) Est-ce la premiere fois que vous vivez a l’etranger ?

 

Je suis arrivé à Bangkok (Thaïlande) à la mi-octobre 2011. Je dois normalement rentrer en France à la fin de mon semestre d’études, début mai 2012. C’est bien la première fois que je vis à l’étranger et j’aimerais beaucoup prolonger cette expérience asiatique d’au moins un an. Mais pour cela, je dois trouver une mission ici.

 

4- Qu-est-ce qui vous fait vous sentir bien dans le pays ?

 

Ce pays est juste extraordinaire. Les gens sont d’une part très accueillants. En tant qu’européen et blanc, on est très bien considérés même si il s’agit de stéréotypes bien ancrés. D’abord comme étant riche, mais aussi comme étant « plus beau que la moyenne ». En France, c’est plutôt l’inverse mais ici les thaïs aiment les peaux blanches. La mode, omniprésente, véhicule des codes de beauté liés à la blancheur. Outre cela, les gens sont très disponibles et ont toujours le sourire. Leur regard peuvent paraître insistants mais c’est surtout de la curiosité. On s’y habitue très vite. De plus, on ne ressent pas de jugement dans leur regard comme on pourrait avoir en France. Ils sont aussi très respectueux de manière générale et inspirent la confiance. Pour la petite anecdote, un de mes amis a oublié sa carte bancaire deux fois quand il est venu en Thaïlande. Je lui ai dit qu’il n’y aurait aucun problème et qu’il ne devait pas s’inquiéter. Les deux fois, les personnes l’attendaient avec sa carte !   

 

5- Qu’est-ce que vous y trouvez que vous ne trouviez pas en France ? (en positif, cote mentalite principalement)

 

Les catégories sociales sont moins marquées et tout le monde semble pouvoir se rassembler, tout au moins autour de la religion bouddhiste et de la ferveur envers le roi. Les thaïs sont très solidaires. J’ai vécu la deuxième phase des inondations à Bangkok et j’ai été frappé par la mobilisation pour aider les sinistrés. Enfants comme adultes. Ceux qui travaillaient, venaient aider directement après leur heures de travail, même la nuit. D’une manière générale, les gens sont très respectueux et ne s’énervent pas.

 

6- Cote alimentation, qu’est-ce que vous adorez ? A l’inverse, y-a-t-il qq chose qui vous manque et que vous ne trouvez pas ?

 

Les thaïs mangent dans la rue sans arrêt. C’est une vraie institution. La nourriture est très bon marché (moins d’un euro le plat en général) et délicieuse. Les plats sont préparés et servis en quelques minutes et vous pouvez manger presque à toute heure, ce qui serait inconcevable ailleurs. L’un des plats emblématiques du pays est les pad thaïs. Ce sont des nouilles de riz sautées accompagnées de légumes, de graines, d’œufs, de crevettes. On y incorpore aussi une sauce sucrée à base de citron vert. On peut aussi y ajouter de la viande, des cacahuètes, des épices… C’est un délice ! Les fruits sont également délicieux et très bon marchés.  


En bon français, les aliments qu’on souhaiterait trouver et qu’on ne trouve pas ici sont nombreux. Heureusement, la bonne cuisine bon marché d’ici arrive à nous le faire un peu oublier. Le fromage évidemment manque à l’appel. On peut trouver des petits camemberts autour de 8 à 10 euros. Les « toastinettes », ces fines tranches de fromages que l’on met dans les croque-monsieur ou les hamburgers sont même vendues comme du fromage ! Il est aussi plus difficile de manger un bon steak saignant. Certains restaurants l’ont bien compris et proposent dans leur menu le choix entre des steaks thaïs et des steaks d’importation ! Il en est de même pour la charcuterie quasi-inexistante. Côté boissons aussi, on pourrait aussi trouver à redire. Pas de vin et seulement des bières blondes. Pour l’alcool fort, il faudra choisir des marques européennes pour retrouver les goûts que l’on connaît.    

 


7- Y a-t-il des plats typiques « etranges » ?

 

Certains thaïs mangent des insectes grillés. Ce n’est pas une majorité mais ils en sont quand même friands. J’ai pu goûter des vers grillés qui quand on oublie que ce sont des vers ne sont pas si mauvais ! Le problème seraient plutôt les insectes plus gros comme les sauterelles ou même les cafards. Ensuite, les thaïs mangent très épicés. Les plats sont généralement déjà épicés et on trouve toujours sur les tables de quoi ajouter des épices mais aussi du sucre. Je vous laisse imaginer le mélange final…J’ai aussi pu goûter aux sèches fumées. Rien de bien extraordinaire : caoutchouteux mais surtout une odeur bien prononcée de poisson !

 

8- La vie est-elle chere ?

 

La vie n’est vraiment pas chère tant que l’on vit normalement. Manger à l’extérieur ne revient pas cher. Manger dans un restaurant revient un peu plus cher que dans la rue mais reste tout à fait abordable. Faire ses courses dans un supermarché peut revenir cher. En effet, les produits de marque ne sont pas moins cher contrairement à ce que l’on pourrait croire. Il en est de même pour les produits électroniques, les grandes marques de vêtement ou de cosmétiques ou encore les voitures dont le montant des taxes est très élevé. Les thaïs qui fréquentent les supermarchés ou les grands centres commerciaux ne sont pas majoritaires et appartiennent à une classe plus aisée. Faire ses courses sur les marchés, quelque soient les produits recherchés, reste bien plus abordable, d’autant que vous avez l’occasion de négocier. L’immobilier (achat ou location) est aussi très bon marché. 

9- Cote conduite ?

 

La conduite est bien différente de ce qu’on peut connaître en France. D’abord on roule à gauche. Ensuite, mieux vaut avoir un œil partout. Les règles affichées sont juste affichées. Quand vous vous trouvez à un carrefour sans feu, c’est un peu au premier au ou plus gros qui passe. Il faut « sentir » les choses. Pas de port du casque obligatoire pour les deux roues. L’âge des conducteurs n’est pas non plus un problème. J’ai déjà vu un garçon de 7 ans conduire un scooter. Il faut dire qu’ils naissent pratiquement dessus. Aussi ne vous étonnez pas de voir un papa conduire son scooter avec son fils devant et sa femme derrière qui tient leur bébé dans ses bras ! Le feu rouge est en général respecté à Bangkok, exception faîte des tuk-tuk qui semblent avoir une autorisation spéciale, peut-être liée au fait que les autres usagers de la route s’en méfient. Enfin, la considération pour le piéton est quasi-inexistante alors ne vous attendez pas à traverser tranquillement un passage piéton.

10- Qu’est-ce qui vous agace le + dans les mentalites, les habitudes culturelles du pays ?

 

Le culte du roi est effectivement pour moi assez difficile à supporter. Nous avons chassé nos rois il y a 300 ans et c’est à cette période qu’une nouvelle lignée royale est arrivée en Thaïlande. Les rois ont certes fait beaucoup pour la modernisation du pays mais on ne peut jamais échapper à leur image. Entendre ensuite de la bouche des thaïs que le roi est merveilleux n’est guère étonnant mais plutôt agaçant car ils n’ont pas l’occasion de se faire une vraie opinion. La deuxième chose est peut-être le terme qu’ils utilisent pour les étrangers et qui peut paraître blessant. Les étrangers sont appelés « farang » sans distinction. C’est plus difficile à comprendre pour nous français aujourd’hui car en tant que terre d’accueil, on ne pointe pas du doigt les gens en disant qu’ils sont étrangers. Mais comme on est bien considéré, on oublie très vite cette appellation.

 

11- L’integration est-elle facile ? Y-a-t-il un communautarisme fort ou au contraire est-il facile de s’integrer et de rencontrer toutes sortes de nationalites ?

 

L’intégration est selon moi facile car les gens sont extrêmement accueillants. La barrière de la langue reste toutefois un problème et il est plus facile de s’intégrer avec des thaïs qui parlent un peu anglais. Parler quelques mots simples de thaïs comme je le fais permet aussi une intégration beaucoup plus facile car les gens ressentent que vous avez fait un effort et vous gratifient de cet effort. Même si c’est pour dire que vous ne parlez pas thaï en thaï !! Comme je suis à l’université, j’ai facilement l’occasion de côtoyer des chinois, des cambodgiens, des bhoutanais, des camerounais, des américains…Ensuite les occidentaux se retrouvent souvent dans les clubs de la capitale pour faire la fête.  

 

12- Connaissez-vous la langue du pays ? Avez-vous pris des cours ?

 

Je ne connais pas la le thaï et la langue est assez difficile à apprendre. Pas en terme de grammaire ou de syntaxe car ils n’ont pas de temps et se contentent si on peut dire de placer les mots sans même utiliser par exemple de sujet ! Cependant, la prononciation est difficile et il y a cinq intonations différentes. Ce qui fait qu’un même mot peut s’écrire pareil mais que seule la prononciation lui donnera un sens différent. De plus, ils possèdent leur propre alphabet. Je pense que le plus difficile est de retenir les mots qui semblent beaucoup se ressembler et qui ont peu de consonnes contrairement à nos langues européennes.

13- Decrivez votre rue/cadre de vie

 

Je vis dans un petit appartement confortable dans une résidence calme. Je me sens comme un privilégié car les places sont peu nombreuses dans le quartier. Environ 20m² pour 120 à 150 euros par mois (suivant ma consommation d’électricité), je dispose de l’air conditionné que je peux actionner depuis mon lit grâce à une télécommande. Lit qui m’a d’ailleurs valu quelques problèmes pour trouver des draps puisqu’il fait 2m sur 2. L’ensemble est meublé et j’ai aussi un réfrigérateur (pas non plus si courant en location !). A signaler car ce n’est pas systématique que j’ai l’eau chaude et une connexion internet câblée. Rien à redire sur le logement qui est très agréable!

 

 

14- Est-il facile de partir en we ? Y’a-t-il beaucoup de choses a visiter aux alentours ?

 

Il est assez facile de partir en week-end. Les possibilités sont nombreuses. Le réseau routier est bien implanté et de nombreux bus sillonnent le pays. Ils sont bons marchés, confortables et ponctuels. Le train est aussi une possibilité mais il a tendance à être en retard. La dernière possibilité pour les trajets plus longs reste l’avion. Air Asia dessert bien le pays mais il faut s’y prendre à l’avance afin d’avoir des tarifs bons marchés. Après, la location d’une voiture ou d’un deux roues reste une autre possibilité à des prix abordables. Les premières plages ne sont qu’à environ 2 ou 3h de route de Bangkok. Pour des escapades plus natures, l’est (Erawan, Kanchanaburi) et l’ouest offrent aussi des possibilités. Remonter vers le nord si vous voulez effectuer des visites plus culturelles et chargées d’histoire comme les villes d’Ayutthaya ou de Sukhothai. Bangkok de par sa position se trouve à peu près au centre de la Thaïlande. Mais d’autres villes plus éloignées comme Chiang Mai ou Chiang Rai sont aussi à voir absolument.

 

Sukhothaï

Chiang Maï

15- A quelle frequence « rentrez »-vous en France ?

 

Je suis rentré une fois en France pour le moment et je pense que le moment des fêtes de fin d’année est le plus important. Il n’est pas fêté avec autant de ferveur ici et se retrouver en famille dans ces moments là est important.

 

16- Avez-vous prevu de revenir vivre en France un jour ? Qu-est-ce qui ne vous donne PAS envie de revenir habiter en France ?

 

Je pense en effet revenir en France dans quelques mois ou dans une année. Mais je n’ai pas forcément envie d’y rester. Qui aurait envie de revenir en France actuellement et avec tout ce qu’on peut entendre ? Crise de la zone euro, chômage, grèves, petites batailles politiques qui ne font pas avancer le débat sur les réelles préoccupations des français…On a à mon avis, beaucoup apprendre des autres cultures et des autres modèles économiques qui nous entourent.

 

17- Face a quelle mentalite/habitude/defaut francais etes-vous + clement, avec le recul d’habiter a l’etranger ?

 

Peut-être ce que je pourrais voir sur la route en France. Les thaïs ont une conduite plus que cool et adaptent leur conduite à la situation. 

 

18- Quel est le climat ?

 

Climat tropical. 2 saisons : saison humide de mai à novembre environ, suivie d’une saison sèche de novembre à mai. La saison sèche a deux phases : une première de novembre à  mi-février et une seconde plus chaude de mi-février à mai. Dans tous les cas, le climat est difficile à supporter et l’on transpire beaucoup surtout à cause de l’humidité. L’utilisation intensive de la climatisation dans les magasins, les taxis ou les bus est aussi assez éprouvante.

 

Ko Samet

19- Avez-vous des «habitudes » ? (Pris des habitudes locales ? Ou au contraire garde des habitudes francaises ?)

 

Je me suis mis à la mode culinaire thaïlandaise. Je n’ai jamais cuisiné depuis que je suis arrivé et je sais que je ne cuisinerais pas. Le petit déjeuner reste toutefois un petit déjeuner bien français : céréales avec du lait, pain de mie beurré et jus d’orange. La plupart des thaïs commencent leur journée par des plats que l’on consommerait au déjeuner. Je vis encore un peu décalé par rapport aux heures thaïs et il m’arrive de me coucher très tard afin de pouvoir parler avec mes amis ou ma famille en France. On perd aussi un peu ces repères au début. En effet, ici c’est 12h de nuit et 12h de jour. C’est plutôt pratique mais le soleil se lève à 6h et se couche à 18h alors mieux vaut être matinal sinon la journée passe très vite !

 

19- Y-a-t-il de la censure ?

 

Il y a en effet une certaine forme de censure. Elle concerne le roi de Thaïlande. Ce dernier est partout. A 18h, dans tous les lieux publics (même certains lieux privés comme mon université par exemple) retentit l’hymne du roi. La consigne est donc de se lever et de ne plus bouger pendant tout l’hymne. De même, cet hymne est diffusé à chaque séance de cinéma ! La photo du roi (et de la reine) est immanquable. On la trouve partout, même sur des panneaux publicitaires. Il est absolument interdit de parler du roi et de ses ascendants en mal. Pendant un cours d’histoire culturelle thaï, notre professeur a demandé à un élève américain ce qu’il pensait d’un des rois ayant vécu il y a environ 300 ans. Ce dernier a dit qu’au vu de ce qu’on lui avait présenté, il s’agissait d’un mauvais roi. Les étudiants thaïs ont rigolé, le professeur a été bien mal à l’aise. Si bien qu’il a essayé de lui répondre mais la seule chose qu’il a pu dire a été qu’il fallait éviter de dire des choses pareilles, surtout en public.

 

20- Vous pouvez terminer sur une anecdote « depaysante » 😉

 

Un soir, alors que j’attendais dans la rue avec une amie d’autres de nos amis, je remarque un jeune homme qui semblait avoir faim. Visiblement très pauvre, il passe plusieurs fois devant moi en regardant des poissons en train de cuire sur un barbecue. Je décide après quelques minutes de l’interpeller afin de lui acheter l’un des poissons pour qu’il puisse manger. Peu de temps après, voilà qu’il m’installe une table en pleine rue et me sert le poisson…qu’il vend ! Pas très enchanté par l’idée de manger un poisson dont l’aspect ne me tentait guère, je goûte quand même ce dernier pour ne pas froisser mon vendeur. Mes amis revenus, je paye le malheureux et « prend la fuite ». Le jeune vendeur m’avait déjà servi un deuxième poisson sur la table alors que j’avais à peine touché le premier !

 

« De ma fenetre, je vois…. » :  

…une partie du quartier de Laksi où j’habite au Nord de Bangkok. J’aime beaucoup ce quartier car il est assez calme et véritablement à taille humaine. L’université se trouve à 10 min à pied mais souvent je prends un moto taxi car marcher sous le soleil devient vite éprouvant. Tout près se trouve de nombreux restaurants avec de la cuisine thaï mais aussi japonaise ou européenne. C’est un quartier bien vivant avec son marché où se côtoient des gens de tous niveaux de vie.

 

Vous pouvez retrouver les aventures de Guillaume en Thaïlande sur son blog :

clic !

 

***
Pour la semaine prochaine, j’attends vos témoignages ! 

C’est par ici : mariegervais2004 AT yahoo.fr

 

 

 

 

 

Publicités

Actions

Information

3 responses

13 02 2012
Famille Bockstaele

Vous nous faites tant plaisir avec votre témoignage!!!! Nous y sommes allés il y a presque 20 ans pour chercher notre « petite » Duen en adoption. impression inoubliable qui colle 100% avec ce que vous dites..Maintenant que nous sommes pensionnés, j’aurais bien aimé aller y passer un long moment avec elle et mon mari, mais il paraît que les séjours y sont limités à 3 mois et pas plus. est-ce le cas vraiment ? Pour notre fille (6ème) de nos 5 enfants biologiques, son caractère est vraiment « par nature » semblable au « pays du sourire » : douce, gentille, dévouée etc…
Merci pour votre témoignage. Si vous pouviez répondre à cette question de séjour, cela nous ferait bien plaisir.

13 02 2012
agneslamexicaine

ici aussi nous avons des 7’11… mais j aime penser que chaque pays assimile ces importations americaines! en tous cas ton recit est plein d amitié pour ce pays, cela donne envie de se perdre dans une rue et d y goûter un plat bien épicé…

15 02 2012
Ratonne

Je pense que manger dans la rue est un mode de vie de beaucoup de pays d’Asie. Ici, à Taiwan, c’est pareil. Et pour le petit dej, tout comme lorsque nous étions au Japon c’est repas comme le midi ou le soir ce qui n’est pas forcement facile à vivre dans certaines circonstances.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :