Cécile, les okras frits, Bible Man et les chipmunks… à Asheville (North Carolina, US)

6 06 2011

NEW : découvrez la carte interactive, juste sous la bannière du blog : zoomez, fort, fort fort ! et baladez-vous à la découverte de tous les témoignages que vous avez peut-être manqué !!

 

***

clic sur la carte

Nous sommes tous les deux du Sud et des montagnes, lui du Sud-Est des Etats-Unis dans les Appalaches, moi du Sud-Ouest de le France dans les Pyrénées. On c’est retrouvés dans les siennes.

1- Depuis combien de temps habitez-vous dans ce pays ? Pour combien de temps ? (contrat d’Expatriation ou en duree indeterminee…) Est-ce la premiere fois que vous vivez a l’etranger ?

Je vis ici depuis Aout 2006 (5 ans cette année donc) pour une durée indéterminée vu que j’ai épousé un américain qui ne parle pas français. Un jour peut être, mais je dois dire que je me sens bien ici pour le moment. J’ai déjà vécu plusieurs fois aux USA (en plus de voyages), un séjour de 10 mois dans la famille de mon parrain en 2000/2001 et un séjour de 5 mois lors d’un stage en 2005.

4- Qu-est-ce qui vous fait vous sentir bien dans le pays ?

Mon mari et son entourage pour commencer. Je pense que l’accueil des gens est primordial pour se sentir chez soi. Et puis il y a la ville et la région ou nous sommes. C’est une ville éclectique riche en musique, bons restaurants et artistes. Nous sommes au milieu des montagnes aussi. Certes pas aussi hautes que mes Pyrénées natales, mais il y a tellement de sentiers et de beaux endroits. Je sais qu’à chaque fois que nous allons nous balader j’ai cette sensation d’avoir beaucoup de chance de vivre là où nous sommes et d’être là où il faut.

5- Qu’est-ce que vous y trouvez que vous ne trouviez pas en France ? (en positif, cote mentalite principalement)

Une flexibilité dans le monde du travail que j’apprécie. Il me semble plus facile de trouver du travail ici, si on veut travailler il y a de quoi. Bon après ce faire licencier est peut être un peu plus facile aussi. J’ai apprécié dès le départ d’avoir mon expérience reconnue alors que ce n’était pas le cas en France (je sortais juste des études mais j’avais fait des stages).

7- Y a-t-il des plats typiques « etranges » ?

Les okras frit. L’okra est un légume qui une fois cuit prends une consistance visqueuse qui ne passe pas chez moi. Au passage dans le Sud-Est ils font frire un peu tout.

Il y a aussi le Pimento cheese que j’ai découvert ici et que j’aime bien, c’est un mélange de cream cheese (sorte de fromage frais crémeux), de fromage cheddar et de poivrons/piments doux cuits. Ca se sert avec des crackers ou du pain.

 

 

Cheesecake

8- La vie est-elle chère ?

C’est raisonnable. Le cout de la vie a Asheville est l’un des plus élevés de l’Etat en rapport avec les salaires, du moins c’est ce que j’entends dire. Je pense qu’il est bien plus facile d’être à deux pour vivre dans une maison ou un appartement de taille agréable.

Le pain me parait toujours cher par contre, à $5 le pain, $2.5 pour une baguette.

Le centre ville d’Asheville :

 

Le palais de justice où nous nous sommes mariés à gauche, l’hôtel de ville à droite

Le centre ville d’Ashville, depuis le Grove Park Inn

9- Cote conduite ?

Le plus bizarre pour moi c’est qu’il est légal de tourner à droite au feu rouge. Il faut marquer un stop mais dans mon Etat c’est autorisé. Par contre je pense que certains s’y habituent un peu trop… ce matin j’en ai vu un qui a fait ça pour tourner à gauche et ça ce n’est pas du tout légal !

J’essaye aussi toujours de m’habituer aux bus scolaires. Il est interdit de les dépasser quand ils sont à l’arrêt avec leur panneau stop. Mais du coup quand certains sont juste arrêtés sur le bas coté je me demande toujours je passe ou je ne passe pas ?

Les bumper stickers où comment exprimer son opinion en conduisant. 

10- Qu’est-ce qui vous agace le + dans les mentalites, les habitudes culturelles du pays ?

Ce qui me fait toujours monter sur mes grands chevaux c’est la mentalité « America is the Best, Americans are the first » (« On est les meilleurs » en gros). Je ne peux pas m’empêcher d’argumenter dans ce genre de situation ce qui peut donner des discussions animées. J’ai le souvenir d’une cliente de l’hôtel ou je travaille entre autre qui avait été surprise quand je lui ai dis que je n’avais pas la nationalité américaine pensant que c’est automatique en épousant un américain. Mais surtout elle s’est mise à insister qu’il fallait absolument que je l’obtienne et que c’est un investissement pour l’avenir, etc. Il faut savoir rester très diplomatique dans ces cas là.

11- L’integration est-elle facile ? Y-a-t-il un communautarisme fort ou au contraire est-il facile de s’intégrer et de rencontrer toutes sortes de nationalites ?

Je suis dans un cas un peu particulier je pense. Le fait d’avoir épouser un américain qui vivait déjà sur place m’a permis d’être tout de suite intégrée avec ses amis à lui. Les communautés latines et d’Europe de l’Est sont assez fortes, mais pour les français beaucoup moins. Il m’a fallu un moment pour découvrir qu’il y a un Cercle Français dans notre ville.

Looking Glass Rock dans la Pisgah National Forest

 

12- Connaissez-vous la langue du pays ? Avez-vous pris des cours ?

Oui, j’ai eu la chance de l’apprendre durant mes études en France mais aussi de passer un an dans un lycée américain après le Bac ce qui m’a permis de devenir bilingue.

Remise des diplomes du lycée de mon beau-frère

13- Decrivez votre rue/cadre de vie

Nous vivons dans une maison de deux chambres et une salle de bain et demi [traduction = une salle de bain avec bain et toilettes et une avec douche et toilettes] d’un quartier encore en développement. Nous avons acheté la maison il y a presque deux ans.

Cette section de la ville est un ancien quartier ouvrier situé à l’Ouest de la ville. C’est un peu une ville indépendantes avec commerces et autre.. Notre rue est assez typique avec quelques belles maisons, mais aussi des duplex mal entretenus (bon au moins ce n’est pas des mobil homes). L’un de nos voisins a par ailleurs une voiture avec un gros autocollant « Thug Love » qui se traduit par quelque chose comme « amour des gangsters », ils ont d’ailleurs eu plusieurs fois la visite de la police ce mois ci. Bonjour l’ambiance. Mais j’aime le fait que nous avons un terrain « vide » en face de nous avec des arbres et des fleurs sauvages. Nous avons un petit terrain qui nous permet de planter fleurs, herbes aromatiques et légumes. Un petit coin pour les grillades que nous avons aménagé. Mais surtout on peut se rendre au pub, au supermarché, à la boulangerie et à quelques restaurants à pied ou en vélo.

 

14- Est-il facile de partir en we ? Y’a-t-il beaucoup de choses a visiter aux alentours ?

Oui mais à condition d’avoir une voiture car il n’y a quasiment pas de transports en commun. Nous avons un parc national à une heure de route, une immense forêt nationale à nos portes, de nombreux sentiers. C’est parfait pour nous vu qu’on aime le camping, l’escalade et la randonnée.

Coté culture il y a la propriété de Biltmore Estate dans la ville même qui a été construite par la famille Vanderbilt vers la fin du XIXe. En bordure du Parc National il y a la Reserve des Cherokee de l’Ouest qui vaut la visite pour le musée et le village reconstitué. A quatre heures d’ici c’est Atlanta.

 Biltmore Estate

 

15- A quelle frequence « rentrez »-vous en France ?

Tous les deux-trois ans en fonction des généreuses donations de la famille et de ce que nous pouvons mettre de coté. J’ai eu la chance de faire un voyage imprévu l’an dernier à l’occasion des 80 ans de ma grand-mère. Le peu de vacances et le coût prohibitif des billets d’avions décident plus que l’envie.

 

16- Avez-vous prevu de revenir vivre en France un jour ? Qu-est-ce qui ne vous donne PAS envie de revenir habiter en France ?

La saleté des rues dans beaucoup de villes, les gens qui semblent se plaindre tout le temps.

18- Quel est le climat ?

L’hiver est frais et il ne neige que rarement, bien que les températures descendent parfois dans les négatives. Le printemps et l’automne sont les plus belles saisons à mon avis. L’été est chaud (25-30°C) et plutôt humide.

19- Avez-vous des «habitudes » ?

J’ai gardé l’habitude de manger tard. Surtout l’été quand nous avons tendance a passer du temps au jardin et à ne manger que vers 20-21h. Ici la plupart des gens mangent entre 18 et 19h et j’ai toujours du mal à m’y faire.

Par contre j’ai vraiment pris l’habitude des magasins ouverts tous le temps. Quand j’ai dis à mon père le jour de Paques (un dimanche en plus) que j’allais faire des courses il m’a rappelé quel jour nous étions pensant que je ne pourrais pas y aller, mais si.

 

19- Y-a-t-il de la censure ?

Pour tout ce qui est insultes à la radio ou à la télé vous avez droit a un bip ou du silence. Je rigole aussi toujours un peu pour toutes les scènes au lit à la télé où la fille porte toujours un soutien-gorge. Sait-on jamais qu’on lui verrait les seins ! Sinon pas vraiment.

  A Noel, décorer c’est un « Art »

 

20- Vous pouvez terminer sur une anecdote « depaysante »

Un matin nous étions en voiture et au coin de la rue il y avait un mendiant, un homme avec un léger embonpoint tenant un carton. Sur le carton on pouvait lire « Dreaming of a Cheesburger ».

Les magasins religieux. Autant j’ai visité Lourdes et vu les magasins de bibelots, autant ici ça va à un tout autre niveau. Chaque grosse ville à sa boutique de produits religieux, on peut y trouver les choses suivantes : de la musique 100% chrétienne (du classique au rock), des tenues pour la messe, des T-shirts au slogan religieux comme « My invisible friend created me Psalm 139 :13-14 », « Pick Jesus », etc. Le magazine « Teen Virtue », des protèges bibles… Et puis mon préféré, vu au Texas il y a plusieurs années : le costume de Bible Man.

  T-shirt religieux (je vis dans la Bible Belt des USA) 

Et je finis par un souvenir d’un voyage à Hawaii. Se lever à 4h du matin, s’arrêter à la station essence où l’on trouve de délicieux « sushi » fait de soja frit fourré de riz et carottes, du café Hawaiien parfumé à la vanille et aux noix de macadamia. En moins d’une heure on passe de 0 à 3000m d’altitude en suivant la route au flanc du montant. L’objectif ? Voir le lever du soleil sur le volcan. Les touristes sont en sandales enveloppés dans leur serviette de bain, nous avons bonnets et polaire et le monde est magnifique.

Lever de soleil sur Haleakala

 

 

 

« De ma fenetre, je vois…. » :

Des écureuils gris, des chipmunks (tic et tac ne sont pas des écureuils comme tout le monde le croix), un cardinal (oiseau rouge vif), un lapin et parfois des groundhog (sorte de marmotte) qui bouffent mes tournesols ! Je vois aussi les fleurs du jardin et des arbres, surtout le grand noyer au fond du jardin que mon mari rêve d’escalader. Si on était un peu plus en hauteur on verrait les montagnes qui nous entourent.

 

 

merci Cécile !

Dommage, j’aurais adoré voir le costume de Bible Man…

Marie

 

 

 

Publicités