Blandine, le poulpe bouilli, le catalan et le « xafogor »… à Barcelone (Espagne)

10 10 2011

Je m’appelle Blandine, j’ai 29 ans et travaille dans l’édition.

1- Depuis combien de temps habitez-vous dans ce pays ? Pour combien de temps ? (contrat d’Expatriation ou en durée indéterminée…) Est-ce la première fois que vous vivez à l’étranger ?

J’habite à Barcelone depuis 9 ans. Je suis partie en septembre 2002 pour une année d’études à l’étranger (non pas un Erasmus, car j’étais inscrite sur place), j’y ai finalement fini mes études et y ai commencé à travailler, il y a maintenant 6 ans. C’est la première fois que je vis à l’étranger, même si maintenant je suis chez moi, l’étranger serait presque la France.

2- Comment se passe la scolarisation ? Y-a-t-il des écoles françaises ?

Même si je n’ai pas d’enfants, je pense que la réponse est importante. À Barcelone, il y a deux écoles françaises : le Lycée Français de Barcelone et l’École Ferdinand de Lesseps (maternelle et primaire uniquement). Le LFB est en chute libre, le changement de direction l’année dernière aidera peut-être à remonter le niveau et éviter de nouvelles malversations financières… Dans les alentours de Barcelone, il y a aussi le collège Bon Soleil qui va jusqu’en troisième.

À part ça, on trouve les écoles allemandes, suisses, italiennes, américaines, japonaises, anglaises… il y en a pour tous les goûts.

Par contre l’école publique et l’école privée sous contrat (concertada) enseignent en catalan (sauf les cours d’espagnol qui sont donnés dans cette langue), c’est actuellement l’objet d’une polémique qui selon moi n’a pas lieu d’être (afin de supprimer/réduire l’enseignement en catalan). Les élèves parlent couramment catalan et espagnol et ont un niveau d’espagnol supérieur à la moyenne étatique même si le catalan est la langue de communication au sein des établissements.

3- Vos enfants sont-ils bilingues ?

Là pour le coup, je ne peux pas répondre! Mais si je vis à Barcelone, mes enfants seront trilingues, environnement oblige!

 

Montjuic

4- Qu’est-ce qui vous fait vous sentir bien dans le pays ?

Je suis chez moi! Je suis arrivée à Barcelone quelques jours avant de souffler mes 20 bougies, ma vie « d’adulte » s’est déroulée ici et par conséquent, c’est ici que je me sens chez moi.

5- Qu’est-ce que vous y trouvez que vous ne trouviez pas en France ?

  Une qualité de vie (à première vue, attention), une société un peu moins stressée que la parisienne (des fois un peu trop cool!), un mode de vie plus tourné sur l’extérieur. Par exemple, les gens ne s’invitent pas chez eux mais au restaurant, il est tout à fait normal d’aller prendre un café/bière après le travail avec les collègues ou de retrouver les copains avant de rentrer chez soi (valide aussi pour les personnes ayant des enfants, ce qui peut être un peu surprenant au premier abord).

6-Coté alimentation, qu’est-ce que vous adorez ? A l’inverse, y-a-t-il qq chose qui vous manque et que vous ne trouvez pas ?

Je ne vis qu’à 150 km de Perpignan, les différences sont quand même limitées! Mais on importe et exporte:

les coquillettes, la grenadine et les échalotes hachées et séchées de D*cros! (de France vers Barcelone)

des petits gâteaux, de la pâte de coing, du lomo (échine de porc fumé), du manchego (fromage de brebis) (de Barcelone vers la France)

Ce n’est pas très facile de trouver de la viande de boeuf comme on l’entend. À part ça, je mange beaucoup plus de fruits de mer qu’à Paris et certains que je n’osais pas auparavant (mmm, pulpo a la gallega! (poulpe bouilli? à la galicienne).

La cuisine catalane est délicieuse sans pour autant être compliquée. Par exemple, l’escalivada n’est rien d’autre que de l’aubergine, de l’oignon et du poivron cuits au four, tout simple mais délicieux avec un filet d’huile.

 

Parc Güell

7- Y a-t-il des plats typiques « étranges » ?

Ce sont plus des mélanges surprenants que des plats étranges, par exemple Sipia amb albondigues soit de la seiche avec des boulettes de viande, ou la Mar i Muntanya, paella avec du lapin et des fruits de mer.

8- La vie est-elle chère ?

Pour les locaux, la vie est chère. Pour donner un ordre d’idée pour 40m2 (une chambre et un salon), je paie la moitié de mon salaire… Inconcevable en France où dans ces conditions on ne m’aurait pas loué l’appart. Un ticket de métro coûte 1,45 euro (à Paris, 1,7) mais le Smic arrive tout juste à 600 euros… Barcelone est un monde à part, c’est une « capitale » avec des prix de capitale.

9- Cote conduite ?

Je n’ai pas de voiture, mais j’aurai tendance à dire, que c’est à peu près la même chose qu’en France. Par contre, les plaques étrangères sont généralement pas mal klaxonnées. 

10- Qu’est-ce qui vous agace le + dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Ouh là, on rentre dans un sujet délicat. J’ai beaucoup de mal avec l’autoodi! (la haine de soi) dont souffrent beaucoup de catalans, ils sont partagés entre l’orgueil et la honte d’être catalan.

Le manque de politesse me choque encore. Bonjour, au revoir, s’il vous plaît, merci, pardon??? semblent être des mots peu présents dans le vocabulaire (je généralise beaucoup!)

J’ai aussi beaucoup de mal avec les gens qui crient (mais quitte à me faire insulter, j’aurai tendance à dire que c’est un trait généralement du sud de l’Espagne et pas propre de la Catalogne).

 

Sagrada Familia

11- L’intégration est-elle facile ? Y-a-t-il un communautarisme fort ou au contraire est-il facile de s’intégrer et de rencontrer toutes sortes de nationalités ?

Je parle catalan couramment donc je suis complètement intégrée (modestie à part). Les expat’ français dont les enfants sont au LFB vivent certainement un communautarisme plus fort, que ceux dont les enfants sont à l’école publique!

En fait, vu que je suis considérée comme catalane par les locaux, j’ai un peu de mal à répondre à la question objectivement.

12- Connaissez-vous la langue du pays ? Avez-vous pris des cours ?

  Je parle couramment castillan et catalan, même si par conviction, je ne parle que catalan. J’ai juste pris des cours pour préparer le concours du Niveau D (niveau d’études universitaires de catalan) auquel je n’ai pas osé me présenter et je n’ai que le niveau C (niveau acquis par les élèves passant leur bac). J’ai appris sur le tas et par moi-même. Le catalan est une langue plus proche du français que le castillan.

13- Décrivez votre rue/cadre de vie

J’habite à Gràcia en plein centre de Barcelone, c’est un quartier qui a encore une âme de village, il a été annexé en 1897. Ce sont des petites rues et des places, c’est très convivial. 

14- Est-il facile de partir en we ? Y’a-t-il beaucoup de choses à visiter aux alentours ?

Mes week-ends sont généralement bien occupés que ce soit sur Barcelone ou ailleurs pour une raison X ou Y (généralement dûe à la politique). Mais j’essaie de m’échapper au moins une fois par mois chez mes amis qui habitent à Figueras, Vic ou Minorque. Sinon, il y a tellement de choses à voir en Catalogne que je n’ai jamais ressenti le besoin de passer la « frontière », je n’ai toujours pas fait le tour de la Catalogne! Mer ou montagne, ville ou campagne… Je découvre encore des merveilles à Barcelone, un détail sur une facade, une petite rue, une porte entrouverte sur un patio…

 

Casa Battlo

15- A quelle fréquence « rentrez »-vous en France ?

Je vais en France entre 3 et 4 fois par an, en fonction des événements (anniversaire important, Noël, Pâques…) Cette année je bats des records, j’en suis déjà à 4 passages (mais mes parents ont eu la bonne idée de faire 30 ans de mariage et mon père 60… deux week-end obligatoires).

16- Avez-vous prévu de revenir vivre en France un jour ? Qu-est-ce qui ne vous donne pas envie de revenir habiter en France ?

Pas de retour prévu, je ne dis pas non, mais ce n’est absolument pas dans mes plans. Sincèrement, je crois que je devrai tout recommencer à 0 ou presque, je ne sais absolument pas comment fonctionne l’administration française, je n’ai pas de carte vitale ni rien de ce genre…

Je dirai que ce qui me donne envie de rester ici, c’est plutôt que ici j’ai ma vie, mes amis, mes loisirs, mes engagements politiques, mon travail… et jusqu’à il y a peu j’y avais même une partie de ma famille (qui était expatriée). Et finalement si j’habitais à Perpignan, je mettrai autant de temps que depuis Barcelone pour rentrer voir mes parents…

17- Face a quelle mentalité/habitude/défaut français êtes-vous + clément, avec le recul d’habiter a l’étranger ?

Aucun! Ma vision n’a que très peu changée. Je continue de croire que les français (mais c’est valable aussi pour les espagnols) en général, ne sont pas trop au courant de ce qui se passe hors de leurs frontières et c’est dommage. Je salue quand même la démocratie française et l’éducation civique des français.

18- Quel est le climat ?

7-8º l’hiver et 30º l’été avec un « xafogor », soit un taux d’humidité très élevé faisant que la sensation thermique soit supérieur de 5 à 8º à ce qu’indique le thermomètre. En ce moment, c’est un peu n’importe quoi et on alterne des matins très frais (14º) à des midis très (trop?) chauds (30º). En rajoutant à cela une clim’ à 20º au bureau, c’est l’époque des gros rhumes!

 

Parc Güell #2

19- Avez-vous des «habitudes » ? (Pris des habitudes locales ? Ou au contraire garde des habitudes françaises ?)

À part les horaires du soir que je maintiens le plus possible français (si je suis chez moi, ce qui est rare, j’essaie de diner au plus tard à 20h30, coucher 22h30/23h), je vis à la catalane. Déjeuner à 14h (pas trop le choix,  imposé au bureau), sortir dîner à 21h au plus tôt, prendre un verre à 23h…

Je suis pas très fan, mais c’est difficile de ne pas faire avec.

J’ai aussi un peu de mal avec la scatologie catalane mais bon, c’est comme tout on s’y fait. Dans la crèche, on trouvera le caganer qui est censé porter l’abondance (il adobe la terre, non?) et le cagatio (un tronc en bois que l’on tape pour qu’il donne des cadeaux aux enfants, le père noël n’étant pas du tout présent dans le traditionnel catalan, mais s’est imposé par la télé).

19- Y-a-t-il de la censure ?

Aaaah, la question piège, je pense que les gens vous diraient que non, mais vu que je la subis tous les jours, j’aurai tendance à dire que oui. En fait, les partis politiques au pouvoir contrôlent les médias, limitant au possible la parution des petits partis (tel que le mien) dans la presse (subventionnée) ou la télé publique catalane.

Il est important de contraster n’importe quelle information reçue pour savoir de quoi il en retourne réellement.

20- Vous pouvez terminer sur une anecdote « dépaysante »

Rien ne me vient! J’ai oublié ce qu’était la nouveauté et le dépaysement!

***

« De ma fenêtre, je vois…. » : 

Rien de pertinent! Mais la vue depuis mon bureau (au 15ème étage) est quand même bien plus intéressante que de la fenêtre de mon salon donc voici :

La Torre Agbar, Montjuïc et le Museu Nacional d’Art de Catalunya (au fond au centre en tout petit, c’est à l’autre bout de la ville)

Je ne suis pas en prison, les verticales sont les volets qui bougent en fonction du soleil, tant de vitres, c’est bien gentil mais ça fait de méchants reflets sur les écrans !

Nous avons des vitres sur 3 côtés donc ça dépend où je regarde (derrière moi, j’ai la mer, en diagonal la Sagrada Família et le Tibidabo, mais les volets sont fermés donc pas de photo).

 

 ***

 Doublement merci Blandine : pour nous faire découvrir cette ville si attirante (merci « L’auberge espagnole » et « Vicky, Cristina, Barcelona » :)), et pour avoir envoyé cette candidature spontanée au bon moment !

Donc, si vous, oui, VOUS, là, souhaitez comme Thomas et Blandine participer, n’attendez plus pour m’envoyer un petit mail si vous souhaitez le questionnaire, sinon sentez-vous libre de témoigner comme vous le souhaitez !

C’est par ici : mariegervais2004 at yahoo.fr !

Publicités