Emilie, à Mumbai, Inde

25 10 2010

Petite présentation d’Emilie :

Je vis seule. Mon copain est indien mais il travaille pour l’instant dans une autre ville que la mienne.

1- Depuis combien de temps habitez-vous dans ce pays ? Pour combien de temps ? Est-ce la premiere fois que vous vivez a l’etranger ?

J’habite en Inde depuis novembre 2005. Je suis en contrat local pour une durée indeterminée.

J’ai étudié 6 mois en Espagne mais c’est la première fois que je travaille à l’étranger et que je suis aussi installée !

4- Qu-est-ce qui vous fait vous sentir bien dans le pays ?

Sans doute le fait que chaque matin on se réveille et on sait qu’on va découvrir quelque chose de nouveau. L’Inde se livre un peu chaque jour…

5- Qu’est-ce que vous y trouvez que vous ne trouviez pas en France ? (en positif, cote mentalite principalement)

Les gens sont certainement plus causants, plus (ouvertement) curieux.

6- Cote alimentation, qu’est-ce que vous adorez ? A l’inverse, y-a-t-il qq chose qui vous manque et que vous ne trouvez pas ?

Je suis assez poulet tandoori et naan au beurre, avec du dal makhani (qui me rappelle notre petit salé aux lentilles). En fait, je ne mange presque que ça !

Dans les grandes grandes villes, on trouve presque tout maintenant. Toutefois, globalement, on peut tirer un trait sur le fromage, la charcuterie et le bœuf.

7- Y a-t-il des plats typiques « etranges » ?

Les Indiens étant toujours en grande majorité végétariens, les plats typiques « étranges » ne sont pas foison !

8- La vie est-elle chere ?

La vie n’est pas chère. Les loyers à Mumbai sont hors de prix mais la nourriture moins chère qu’à Delhi par exemple.

9- Cote conduite ?

Y a pas vraiment de côté… 😉

10- Qu’est-ce qui vous agace le + dans les mentalites, les habitudes culturelles du pays ? (Pas + de 5 choses !!!!! :))

Le cliché sur les filles blanches (faciles).

Les regards appuyés et entendus des hommes.

Un grand manque d’ouverture – à ne pas confondre avec curiosité. Ils sont terriblement fiers de leur culture et jugent facilement celle/celles des Européens.

11- L’integration est-elle facile ? Y-a-t-il un communautarisme fort ou au contraire est-il facile de s’integrer et de rencontrer toutes sortes de nationalites ?

L’intégration à la société indienne est extrêmement difficile – je dis ça alors que ma belle famille est indienne !

Il y a un fort communautarisme des étrangers, qui se rassemblent / s’assemblent souvent par nationalité. C’est donc plus ou moins facile de rencontrer d’autres nationalités…

12- Connaissez-vous la langue du pays ? Avez-vous pris des cours ?

J’ai pris un peu de cours avec un professeur et pas mal avec cassettes. Je comprends l’hindi (une des langues) mais le parle très mal.

13- Decrivez votre rue/cadre de vie

J’ai un appartement 1 BHK (1 bedroom, hall, kitchen) dans un vieil immeuble. C’est relativement grand pour Mumbai et assez cosy. Y a toujours un truc qui cloche (la clim, le four) mais c’est du détail ! Et oui, en Inde, il y a en général une salle de bain par chambre (salles de bain en général sans cabine de douche : il y a le sol et le pommeau de douche).

14- Est-il facile de partir en we ? Y’a-t-il beaucoup de choses a visiter aux alentours ?

C’est facile de partir mais tout est assez loin.

Il y a pas mal de choses à visiter dans les alentours de Mumbai (montagnes, forts etc.), après il faut prendre l’avion ou le train (pour au moins une nuit).

15- A quelle frequence « rentrez »-vous en France ?

Disons 3-4 fois par an.

16- Avez-vous prevu de revenir vivre en France un jour ? Qu-est-ce qui ne vous donne PAS envie de revenir habiter en France ?

Je n’ai pas de plan.

C’est difficile quand je rentre, les gens vivent leur vie, ma place n’est plus la même.
Mais si je décidais de rentrer peut-être arriverais-je à me trouver une nouvelle place ?

18- Quel est le climat ?

Chaud et humide. Tropical. A Mumbai.

19- Avez-vous des «habitudes » ?

Je secoue la tête pour dire oui…

19- Y-a-t-il de la censure ?

Non

« De ma fenetre, je vois…. » :

***

Merci Emilie !

Retrouvez Emilie sur son blog à Mumbai :

La semaine prochaine, on rencontre Typhaine, au Guyana